LES BRASIERS ET LES PYROMANES

Publié le par shlomo


Ce n'est pas le tout de parler des brasiers que l'on préfère oublier tout au long de l'année, il faut aussi s'intéresser à ceux qui, malgré leurs responsabilités politiques, se comportement en véritable pyromanes :

Une voiture ralentit et s'arrête devant le groupe d'une dizaine de jeunes adultes qui discutent, avec passion, des conséquences de l'élection de Nicolas Sarkozy. C'est le conseiller général PS, candidat aux législatives à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) : "Hé les gars, faut rester calme, hein ! Ils vont vouloir vous provoquer en face, ne répondez pas, faites leur un sourire", leur lance Gérard Ségura en parlant des policiers et CRS massés 200 mètres plus loin. Il est 21 h 30, la présidentielle vient à peine de se terminer, et la campagne électorale suivante bat déjà son plein dans le quartier des "3000".

Un élu qui dénigre ouvertement les forces de l'ordre rend-il vraiment service à la population ? Et si la suite de l'article vise de toute évidence à confirmer cette perspective de "provocation" sans jamais donner la parole aux forces de l'ordre, elle renforce encore cette interprétation toute particulière de l'autorité politique. Les cités du "9-3" qui se voient comme "villages gaulois" face à "l'envahisseur Sarkozy" : voilà une stupéfiante inversion qui en dit long sur la mécanique identitaire en marche dans ces zones où l'autorité de l'État français, avec la participation active et opportuniste de dirigeants politiques censés l'incarner, est ouvertement contestée. Comment se plaindre que la République soit en flammes si l'on attise sans cesse le brasier ?

Posté par Ludovic Monnerat à 20:27 | Commentaires (6) | Pisteur (0)

Publié dans FRANCE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article