IRAN : TALABANI RETOURNE SA VESTE ET LACHE LES MOLLAHS

Publié le par shlomo


18.05.2007

Selon Jalal Talabani, le président irakien, les chefs insurgés sunnites commencent à changer de position et considèrent que la plus grande menace désormais est le régime des mollahs, et non les forces étrangères. Selon Talabani, les mouvements de résistance seraient en pourparlers de réconciliation avec l’Etat Irakien et les Britanniques et ils pourraient aider les troupes de la coalition...

Il y a une imprécision majeure dans cette nouvelle : il s’agit de la réduction du chaos irakien à un affrontement entre chiites et sunnites. Du temps de Saddam Hussein, 60% des officiers et soldats de l’armée irakienne étaient des chiites, pourtant ils se sont battus contre les chiites iraniens. Le chaos irakien est dû à l’ingérence des mollahs en Irak qui utilisent ce chaos comme un atout dans leurs négociations secrètes avec les Etats-Unis. Seulement voilà, les Américains et leurs alliés britanniques dissimulent cette réalité qui pourrait contribuer à démobiliser les militaires engagés.

Il y a une version officielle de la guerre et une version réelle. Dans la version réelle, les mollahs inondent l’Irak d’armes sophistiquées et de conseillers Pasdaran pour répandre la terreur en tuant des civils irakiens (sunnites et chiites) et des Américains, et dans la version officielle, les Etats-Unis retiennent la diffusion des preuves car ces preuves rendront impossible une entente régionale avec les mollahs. Les déclarations de Talabani appartiennent au domaine officiel. Ces chefs insurgés sunnites n’ont rien à avoir avec les membres d’Al Qaeda Irak dont la profession de foi n’est ni le sunnisme, ni le chiisme mais la guerre totale et absurde selon un nouvel islam qui refuse justement les divisions internes. L’abandon de la guerre par ces chefs insurgés sunnites (nationalistes fidèles à Saddam) ne changera pas la donne.

Cependant, il y a là un très important revers pour les mollahs : l’intermédiaire de cette affaire de réconciliation est le kurde Talabani, l’un des hommes politiques irakiens qui a le plus oeuvré en faveur des mollahs. Il s’était récemment illustré dans ce domaine en insistant sur la libération des agents d’infiltration des mollahs incarcérés en Irak, alors que l’un des prisonniers était l’assassin d’un célèbre leader Kurde iranien hostile aux mollahs.

Le coup dur n’est pas le retrait de ces insurgés sunnites (nationalistes) mais la trahison de Talabani envers les mollahs qui perdent ainsi un de leurs éléments au sein du gouvernement irakien.

Mais Talabani (ci-dessus à Téhéran en Novembre 2006) est également un spécialiste de retournement et ce n’est pas la première fois qu’il a lâché les mollahs avant de revenir dans leur sphère d’influence. Cette trahison sera un coup dur pour l’ingérence des mollahs en Irak car ils perdront l’avantage de pouvoir transiter en toute liberté dans le Kurdistan irakien. C’est aussi par le territoire kurde que les mollahs envoient des armes et des fonds à leurs milices du Hezbollah et du Hamas.

WWW.IRAN-RESIST.ORG


Publié dans MONDE ARABO-MUSULMAN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article