CEREMONIE COMMEMORATIVE AU MONT HERTZL

Publié le par shlomo


2 juillet 2007 - Rebecca Serfaty | Arouts 7

Lundi 2 juillet, le pays se souvient des soldats et des civils tués au cours de la deuxième guerre du Liban. En présence des familles des tués, la cérémonie officielle a eu lieu sur le mont Hertzl à Jérusalem à 18h lundi 2 juillet en souvenir des 155 victimes de la guerre, 36 civils et 119 militaires. Le ministre de la Défense Ehoud Barak a dit : « Il nous incombe de renforcer le pouvoir de dissuasion de Tsahal car il n y a aucun autre moyen.

L’épée est prête dans nos mains, nos yeux ouverts et lucides regardent vers l’horizon et la paix. C’est la mission de notre génération ». La présence de l’ancien chef d’état major Dan Halouts a été fortement remarquée.

Barak a souligné l’unité existante entre les victimes de la guerre, civiles et militaires. « La deuxième guerre du Liban est la première guerre depuis la fin de la guerre d’indépendance où tout le peuple était l’armée, où le front était l’arrière. Les Katiouchas n’ont pas fait de différence entre les soldats et les civils, entre les juifs et les arabes, entre les employés de la gare de Haïfa, entre l’armée de terre, de l’air et la marine, entre le conducteur de tank et le conducteur de taxi qui rentrait chez lui ».

La présidente de l’Etat Dalia Itsik a critiqué l’attitude du Premier ministre Ehoud Olmert : « Déjà pendant la guerre, j’ai appelé le Premier ministre à former un gouvernement d’urgence nationale, mais il a choisi de ne pas entendre mes appels. Pour moi, un gouvernemet d’union convient mieux aux périodes d’urgence. Il n’est pas trop tard ». Selon Itsik, « la deuxième guerre du Liban restera dans les mémoires comme la prise de conscience de l’Etat d’Israël. Prise de conscience pour laquelle nous avons payé un lourd prix de sang, trop lourd à porter. Israël s’est engagé dans la guerre sans avoir le choix. Il y a eu des réussites, il y a eu des erreurs, il y a eu des échecs. A présent, il faut relever les manches et corriger ».

Le chef d’état major Gaby Ashkenazy a déclaré : « Mes chers amis, au cours de l’année qui a passé depuis la fin de la guerre, Tsahal a réalisé des enquêtes profondes et complètes afin de tirer les leçons de la guerre. Nous agissons tous les jours pour appliquer les leçons tirées, pour préparer les unités, les entraînements, pour améliorer Tsahal afin de pouvoir répondre à toute menace à laquelle nous serons confrontés et continuer à combattre le terrorisme quotidiennement ».

La cérémonie s’est ouverte avec Meirav Amiti, la veuve de l’officier Yaron Amiti (zatsal), elle a allumé une bougie du souvenir. Après quoi, Israël Klausner, le père d’Ohad Klausner (zatsal) tombé dans la bataille de Bint Jbail, a dit le Kadish. A la cérémonie, étaient présents le chef d’état major Gaby Ashkenazy, des ministres et le chef de l’opposition Binyamin Netanyahou, ainsi que le contrôleur de l’état Micha Lindenstrauss.

La cérémonie officielle a entraîné de vives critiques contre le gouvernement et particulièrement le Premier ministre Olmert, puisque lui même ainsi que nombre de ministres ne sont pas venus à la cérémonie. L’ancien ministre de la Défense Amir Peretz n’a pas été invité à la cérémonie mais s y est rendu quand même.

Le « voyage pour la vie » a commencé lundi matin 2 juillet par une cérémonie à Kfar Guiladi où des militaires de réserve avaient été tués par une Katioucha. Les familles endeuillées ont ensuite participé à une cérémonie de commémoration au garage de la gare de Haïfa où 8 civils avaient été tués par l’explosion d’un missile Katioucha au début de la guerre. Puis le voyage de la vie s’est rendu jusqu’à Jérusalem . Les parents ont appelé le gouvernement et le public israélien à ne pas faire de différence entre le sang des soldats tués au combat et le sang des civils tués par les missiles du Hezbollah.

Publié dans ISRAEL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article