A PROPOS D'EHSAN JAMI , L' IRANIEN QUI A RENIE L ' ISLAM

Publié le par shlomo


12.08.2007

Ehsan Jami, un jeune iranien de 22 ans naturalisé hollandais qui a abjuré sa religion, a été agressé à proximité de son domicile par 2 marocains et un somalien (qu’il a reconnu). L’affaire a pris des dimensions nationales et mêmes la presse française si consensuelle à propos de l’islam a évoqué son cas. Un article paru dans le Monde montre la difficulté d’être un abjuré en islam, car l’apostasie est punissable par la mort et le verdict peut être appliqué par tout bon musulman.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

En fait, Ehsan Jami cumule les défauts pour les musulmans orthodoxes : il n’a pas seulement abjuré sa religion, mais il incite d’autres à suivre son exemple et il dit le plus grand mal de l’Islam et de son prophète : ce sont là des crimes, les uns plus graves que les autres aux yeux des musulmans orthodoxes et tous punis par la peine capitale.

Ainsi, depuis 4 mois qu’il a fondé le Comité des Ex-musulmans, ce jeune conseiller municipal de gauche n’a pas raté une occasion pour qualifier l’Islam de religion arriérée et son prophète d’homme effrayant, de criminel exactement pareil à Ben Laden, ou encore de pédophile... Ces propos très provocateurs lui ont valu diverses menaces verbales, dont celle d’être « pendu ».

Malgré les apparences, nous sommes loin d’être emballés par cette affaire et par le « courage politique d’Ehsan Jami », tout simplement parce que l’on peut vivre en apostat sans en faire une exploitation hautement politique. D’ailleurs, le parti dont il est membre l’incite à plus de modération, mais le jeune élu affirme vouloir poursuivre son combat.

Normalement, un ex-musulman qui aurait fait le quart des écarts religieux d’Ehsan Jami aurait été tué sans aucune sommation ou avertissement, mais ce jeune Iranien a seulement été roué de coups et laissé en vie. D’ailleurs, le parquet de La Haye soutient que M. Jami avait, jusqu’à samedi, refusé l’idée d’une protection policière. Nous devons formuler la plus grande prudence à l’endroit de ce jeune iranien, et surtout à l’endroit des autres Iraniens qui gravitent autour de lui et qui ont pour fonction d’envenimer le débat.

Le premier d’entre eux est un certain Afshin Ellian, un ex-sympathisant de la révolution islamique (possible membre des moudjahiddine du peuple), auteur d’un « dialogue avec Mahomet », qui se dit à présent un adversaire résolu de l’islam : il est le conseiller d’Ehsan Jami au sein du Comité des Ex-musulmans.

Initialement, le Comité avait été co-fondé en mai 2007 par Ehsan Jami et Loubna Berrada, mais cette dernière a quitté le comité en juin 2007, estimant que les propos agressifs de Jami desservaient l’objectif du comité qui était de parler de la difficulté de quitter la communauté musulmane.

Loubna Berrada estimait à juste titre que les propos de Jami pouvaient même contribuer à victimiser l’Islam et finalement le renforcer. Et c’est sans doute ce qui arrivera maintenant que Loubna Berrada a quitté ce mouvement qui doit être officiellement lancé en septembre 2007. Car le débat est désormais géré uniquement par des iraniens.

Ainsi dans ce débat inattendu, face au tandem Ehsan Jami - Afshin Ellian, nous retrouvons deux autres iraniens, « officiellement très multi-culti et Dialogue des Civilisations », eux aussi journalistes qui défendent le droit à l’apostasie, mais estiment que le comité ne respecte pas suffisamment le million de Néerlandais de confession musulmane.

Voilà donc les Hollandais partagés entre les deux versions du droit à l’apostasie ; la version agressive d’Ehsan Jami et la version modérée de ces deux autres iraniens : David Danish (un journaliste du régime des mollahs installé au Pays-Bas et qui s’est fait un look très branché) et Shervin Nekuee, un drôle d’oiseau.

Shervin Nekuee (lire Nékouï) est un élément du régime des mollahs proche des faux opposants iraniens qui sont conjointement promus par Téhéran et Washington pour cibler un lectorat de gauche avide de débat sur l’islam et sa réforme intérieure.

Ainsi Shervin Nekuee est un de deux responsables de la revue Eutopia qui publie des auteurs que l’on pourrait penser idéologiquement très éloignés.

Ainsi en Février 2004, Eutopia donné la parole à Tariq Ramadan et dans le numéro suivant, nous retrouvons Ramin Jahanbegloo, Farhad Khosrokhavar, deux intellectuels iraniens musulmans et modérés qui n’ont pas refusé de participer à une revue qui donne la parole à Ramadan, un homme proche des Frères musulmans.

Dans le même numéro, Eutopia a publié également un article de Ahmad Karim-Hakkak, un lobbyiste universitaire des mollahs aux Etats-Unis qui gravite autour du cercle pour la promotion de Shirin Ebadi en Amérique avec la complicité de Nader Khalili, le juif kurde iranien qui ne rechigne pas à fréquenter les pires faux opposants du régime et d’en faire de la promo via sa maison d’édition Ketab.

C’est le « paradoxe » des faux opposants iraniens : « paradoxe iranien » cultivé aussi bien à Téhéran qu’à Washington. Dans son premier numéro, Eutopia avait également donné la parole à Edward Saïd qui fut de son vivant membre d’un comité de soutien aux Moudjahiddines du peuple, ce pion utile de Téhéran et de Washington.

Il y a décidément des personnages très louches qui gravitent autour d’Ehsan Jami, mais ce dernier et son ami Afshin Ellian ne les dénoncent pas sans quoi ce débat privé serait clos. A qui profite ce débat des ex-musulmans et quels sont les objectifs médiatiques de ce débat à huis clos, nous ne les savons pas mais d’ores et déjà, l’affaire fait de la pub aux 4 personnages de cette comédie pas drôle.

Pour ce qui est d’Ehsan Jami, il faut attendre ses prochaines déclarations, mais Shervin Nekuee ne chômera pas. Il vendra certainement beaucoup d’exemplaires de son livre le « Paradoxe Iranien », où il est question de ne pas avoir une image trop radicale de la république islamique en Iran.

Shervin Nekuee fera également connaître sa revue Eutopia, tête de gondole de l’islamisme politiquement correct et pour son site Eutopia.nl où il diffuse des clips très particuliers fabriqués pour nier l’existence d’un projet terroriste islamiste hostile à la démocratie : justification du voile islamique, justification du recours à la guerre sainte... Le clip s’appelle STOP THE CLASH OF CIVILIZATIONS.

Sur le même site, on peut voir un autre clip (NO MORE WAR) qui sur un air de raggae met en garde contre une attaque américaine sur l’Iran. Ce clip musical et « sympathique » explique que les morts quotidiens en Irak sont le résultat de la présence militaire américaine en Irak mais n’évoque à aucun moment les attentats à la bombe financés par le régime des mollahs.

Ce site « très modéré » collabore également avec Fred Halliday, un lobbyiste anglais du régime des mollahs. D’autres lobbyistes très célèbres du régime des mollahs y contribuent : Abdolkarim Soroush, Janet Afary, Hooshang Amir-ahmadi. Mais Ehsan Jami et son conseiller Afshin Ellian ne les dénoncent pas.

L’affaire Ehsan Jami est une machine publicitaire pour ces participants et l’intéressé est sans doute dans le coup.

PS. | Les motifs de son apostasie sont également confus et contradictoires : En juin 2007 il déclarait dans le journal hollandais Trouw qu’il avait radicalement changé de point de vue sur l’islam le jour où il avait lu la vie du prophète Mahomet, qu’il considérait pourtant auparavant comme un héros… D’autres fois, il a affirmé qu’il avait changé de vision le 11 septembre 2001…

Pourquoi ne dénonce-t-il pas tout simplement les lapidations du régime des mollahs ?

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Publié dans ISLAM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article