IRAN: LA RUEE VERS L'OR !

Publié le par shlomo

Le régime des mollahs a d’importants problèmes économiques : les capitaux fuient l’Iran et les investisseurs l’évitent. Il y a une semaine, nous avons fait état d’une chute de certains indices boursiers iraniens (baisse de 91% de la valeur totale des transactions, de 81 % du nombre de titres échangés et de 42% du nombre des acheteurs). Cette semaine, tous les indices sont devenus négatifs et les boursicotteurs barbus ont migré vers d’autres marchés de spéculations.

Selon nos informations, actuellement tous les marchés noirs sont en bernes, les spéculateurs ne gagnent plus rien dans l’immoblier ou le marché noir des automobiles. Actuellement, à Téhéran, c’est la ruée vers l’or !

Tous le monde achète des pièces d’or. Cette info est très importante : Depuis des millénaires, les gens qui sont en perdition quelque part dans le monde récupèrent le plus d’or possible, car c’est le meilleur moyen de pouvoir s’en sortir quand tout s’écroule ! Au Vietnam, les boat people s’enfuiaient en emportant de l’or, sous forme de bijoux ou autres. L’or est reconnu partout dans le monde, est facilement identifiable, transportable et vendable : ceux qui ont de l’or peuvent quitter facilement le pays et refaire leur vie n’importe où dans le monde, autre avantage : le prix de l’or est haut en ce moment !

Le marché de l’or a toujours était florissant en Iran et il a rapporté de 17 à 87% selon les époques (seulement en 1983-4, il a chuté à -6%). En dehors de l’or, un autre marché est très lucratif en ce moment : les médicaments pour chimio pour lesquels les prix ont été multipliés par 5 ou 10 en l’espace de quelques mois. Ainsi le prix d’un gramme de l’immunoglobuline intraveineuse (IgIv) a atteint l’équivalent du salaire d’un mois d’un fonctionnaire, soit 100 dollars, alors que chaque malade a besoin des doses de 15 grammes. Ce marché est partiellement contrôlé par la famille Mottaki, actuel ministre des affaires étrangères des mollahs.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Publié dans IRAN NUCLEAIRE

Commenter cet article