IRAN : DECODAGE D'UN RAPPORT INATTENDU DES SERVICES SECRETS AMERICAINS

Publié le par shlomo

Selon un rapport conjoint des 16 agences de renseignements des Etats-Unis, l’Iran a arrêté son programme de fabrication de l’arme nucléaire au printemps 2003 suite aux pressions internationales exercées sur elle, mais continue à enrichir de l’uranium . Un jour c’est pour demain et ensuite on nous l’annonce pour beaucoup plus tard : selon ce rapport providentiel, la poursuite de l’enrichissement de l’uranium permettrait à l’Iran de développer l’arme nucléaire entre 2010 et 2015 ! Décodages...

Le rapport remet donc les compteurs à zéro. Les américains ont décidé de redéfinir l’urgence de la menace nucléaire iranienne. Cette décision confirme notre théorie sur le bras de fer qui oppose les Etats-Unis aux mollahs : il y a là non pas un contentieux sur l’imminence d’une bombe iranienne mais une volonté pour mettre au pas le régime des mollahs pour en faire à court terme un allié régional et à long terme un catalyseur pour un remodelage géopolitique de la région. Il n’y a pas de bombe iranienne à l’horizon, encore moins de menace balistique.

Dès le mois de septembre 2007, nous vous avons exposé notre analyse, selon laquelle les américains ne désirent pas renverser les mollahs mais uniquement les affaiblir pour les pousser à accepter leur deal.

C’est-à-dire que les américains doivent même éviter que le régime soit durement sanctionné afin d’éviter une révolte populaire même minime car la situation est très tendue. La semaine dernière des députés de la ville d’Ardébil qui étaient allés accueillir Ahmadinejad ont dû prendre la fuite après le départ du président et ses services d’ordre, de peur de se faire tabasser par la population de leur propre ville !

Aujourd’hui, un homme âgé a abattu un officier des pasdaran en pleine journée devant un bâtiment administratif à Ispahan. Il pourrait suffire d’une étincelle pour que le régime se retrouve en situation de difficulté.

Ce n’est pas ce que veulent les américains : ils doivent préserver ce régime mais aussi être aux commandes pour contrôler sa déchéance afin d’être la seule alternative pour les sortir du marasme. Ils préfèrent de loin leurs propres sanctions bancaires unilatérales aux sanctions onusiennes. Ils n’ont d’ailleurs pas cessé de torpiller le projet d’une nouvelle résolution en annonçant la mise en place de leurs nouvelles sanctions juste avant la 1ière date d’adoption de cette nouvelle sanction désormais sans cesse reportée.

Ce rapport providentiel arrive aussi au moment où les chinois se montraient enfin moins réticents à l’idée d’imposer une nouvelle résolution onusienne aux mollahs. Le rapport est d’ailleurs parfaitement calibré : il repousse l’imminence de la menace et surtout loue l’efficacité des sanctions internationales (c’est-à-dire « non onusiennes » - ndlr) qui auraient incité les mollahs à renoncer à leur programme balistique en 2003 !

Reste à savoir de quelles sanctions parlent réellement les américains, décidemment prêts à tout pour atteindre leur objectif (et ce n’est pas la première fois qu’ils recourent à un rapport de ce genre).

Ce rapport est également une réponse agacée aux divers bluffs balistiques et nucléaires des mollahs. Les américains désirent contrôler l’efficacité des sanctions, leur impact et leur cadence mais aussi ils désirent contrôler l’aspect médiatique de la crise. En affirmant l’abandon en 2003 du programme des armes nucléaires : ils entendent neutraliser les bluffs médiatiques de Téhéran afin de priver les mollahs du monopole de l’amplification de la crise par des annonces anxiogènes.

Le rapport est sorti une semaine après l’annonce faite par Téhéran d’avoir mis au point un missile longue portée. Washington baisse le feu de la marmite, pour reprendre en main la communication dans ce domaine : « La décision de Téhéran d’arrêter son programme d’armes nucléaires suggère qu’il est moins déterminé à développer des armes nucléaires que nous ne le jugions depuis 2005… Nous estimons avec un degré de confiance modéré à élevé que Téhéran n’a pas repris mi-2007 son programme d’armes nucléaires », disent ces agences qui disaient le contraire il y a encore quelques semaines quand les américains ont sanctionné les soi-disant industries balistiques et nucléaires des mollahs.

Par ailleurs, cette modération du débat et des capacités de nuisance des mollahs leur montre la voie à suivre pour accepter le deal des américains. Mais le deal doit finir par réduire leur puissance et ils refusent de l’accepter. C’est pourquoi les américains préfèrent continuer des sanctions unilatérales pour les affaiblir à petit feu.

Cependant ce rapport sème le désordre le plus total. Il peut avoir des conséquences sur le programme ABM et retarder la mise en place de ce programme anti-missile qui pouvait déboucher sur une importante crise avec Moscou. De ce point de vue, les conséquences sont également bénéfiques à Washington qui peut retarder la mise en place de ce programme et éviter une crise inutile avec Poutine survolté par sa victoire.

Le rapport contredit également tous les scénarii d’attaque militaire de l’Iran : on n’attaque pas un pays qui n’est pas une menace nucléaire ! Ce rapport élimine cette théorie de guerre imminente : généralisation théorique et simpliste du cas irakien à l’ensemble de la région au mépris de toutes les analyses géopolitiques dignes de ce nom.

Par ailleurs, de nombreux écrivaillons et mauvais experts qui ont écrit à la va-vite des livres sur la prochaine guerre (régionale, mondiale ou planétaire) en Iran, avec l’Iran ou contre l’Iran, se retrouvent avec des livres périmés avant la date. Nous ne manquerons pas de signaler certains de ces rigolos dans nos prochains articles.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Publié dans IRAN NUCLEAIRE

Commenter cet article