" L'AMERIQUE NOUS A ABANDONNES " !

Publié le par shlomo

Les Israéliens : "L'amérique nous a abandonnés" !
 

09/12/07

 

Titre anglais : "America has abandoned us"

Sur le blog de Jerusalem Watchman.

Traduction française : Menahem Macina.

 

Ici, en Israël, les journaux sont redevenus lucides, ce week-end.

Comme l’a dit un compatriote partisan du sionisme chrétien, c’est comme si, après des années de marche vers une falaise dans les relations entre Israël et les Etats-Unis, nous sommes soudain arrivés et nous retrouvons au bord [du vide].

Les Etats-Unis ont trahi la confiance de celui qui fut jadis leur « fidèle ami » au Moyen-Orient, et les choses montent en flèche à une vitesse alarmante.

Aujourd’hui, Israël croit que Washington a réussi à l’attirer à Annapolis en lui promettant de se tenir aux côtés de l’Etat juif pour s’opposer aux efforts fiévreux de l’Iran en vue d’obtenir, de déployer et peut-être d’utiliser des armes nucléaires.

C’est en grande partie à cause de cette alliance « garantie » que le gouvernement Olmert est allé à Annapolis, malgré, entre autres, le refus des Arabes palestiniens de reconnaître Israël comme un Etat juif.

Une fois là-bas, avec l’engagement israélien en poche, et alors que les équipes de presse venaient à peine de quitter l’Académie navale américaine, Washington a soudain annulé sa menace de recourir à la force contre l’Iran, en rendant public un rapport dont le titre annonçait que les mollahs génocidaires avaient, en fait, arrêté leur programme d’armes nucléaires en 2003, et donc ne constituaient plus une menace sérieuse pour Israël ou qui que ce soit d’autre se trouvant à la portée de leurs missiles sol-sol longue distance.

Le fait que le contenu du rapport de la communauté d’évaluation nationale du renseignement (National Intelligence Estimate: NIE) contredise très nettement son titre n’a pratiquement eu aucun effet susceptible d’amortir les retombées de sa publication.

Pour les Israéliens, cette annonce signifie que l’Amérique l’a laissée en plan face aux intentions diaboliques du monde islamique – et particulièrement les menaces d’un Holocauste de la part de Téhéran.

Telle était l’interprétation consensuelle, au moins à la rédaction du Jerusalem Post, le quotidien israélien de langue anglaise le plus diffusé, qui exprimait ainsi le choc et l’incrédulité que ressentaient ses journalistes. Son rédacteur en chef, David Horowitz, s’est exclamé, incrédule :

Bush nous a laminés [*]

Pour le journaliste Ya’akov Katz,

L’Amérique a « lâché une bombe sur Israël ».  

Un éditorialiste invité, Jonathan Tobin, a affirmé :

« la bombe du renseignement [a laissé] en ruines l’approche qu’avait Bush du Moyen-Orient, et  a isolé Jérusalem ».


Quant à la directrice adjointe et éditorialiste du Post, Caroline Glick, elle a rédigé, dans sa rubrique "Une colonne à la Une", un requiem sur les relations Israël-Etats-Unis, au titre perturbant : "L’abandon des Juifs".

Ailleurs, dans un compte-rendu publié dimanche dans YnetNews, le Ministre du parti Shas, Yitzhak Cohen, a violemment critiqué 

« la manière dont les Américains s’accommodent du rapport des services de renseignement sur l’Iran, [qu'il estime] similaire à l'attitude qu'ils ont eue concernant les rapports qu’ils recevaient, durant l’Holocauste, sur les trains qui transportaient des centaines de milliers de Juifs vers la mort à Auschwitz ».

Et Cohen de poursuivre :

« Il est impossible que Bush se soit engagé pour la paix comme cela a été dit à Annapolis, et qu’ensuite les Américains diffusent un tel rapport des services de renseignement, qui contredit l’information que nous avons, prouvant que l’Iran a l’intention d’obtenir des armes nucléaires.

Comment pouvons-nous nous fier aux Américains alors qu’ils publient ce rapport qui émascule ce que le monde sait clairement concernant l’Iran, et frappe d’impuissance toute la lutte contre les Iraniens ? »

Un autre rédacteur de YnetNews décrit le rapport de la communauté d’évaluation nationale du renseignement américain comme

« un coup en dessous de la ceinture, porté au combat Israélien, dans l’arène internationale, contre l’arme nucléaire iranienne ».

Durant des décennies, les Israéliens, sachant que leur pays est haï par toutes les nations de la terre, se sont accrochés, de manière pathétique, à leur "allié" américain, même quand les Etats-Unis poussaient et acculaient Israël à prendre des risques de plus en plus dangereux pour la "paix".

Et soudain, alors que déclinent les jours de 2007, la vérité apparaît clairement.


Israël se retrouve seul.

 

© Jerusalem Watchman

 

--------------------------

 

Note du traducteur

[*] Le verbe bushwhack, signifie se frayer un chemin à la machette dans la forêt vierge. Le jeu de mot – intraduisible - avec Bush est patent.


--------------------------

 

[Texte anglais aimablement signalé par Micky S.]

 

Mis en ligne le 11 décembre 2007, par M. Macina, sur le site upjf.org

Publié dans ISRAEL

Commenter cet article