RECRUDESCENCE DES VIOLS RACISTES COMMIS PAR LES MUSULMANS

Publié le par shlomo

dimanche 30 décembre 2007, par Annie Lessard, Marc Lebuis


Alors que le Centre communautaire musulman de Montréal diffusait sur son site internet une message informant les musulmanes non voilées qu’elles s’exposent au viol [1] , et que la femme occidentale est une «  prostituée non payée », les Européens et les Australiens observent une recrudescence du viol des femmes occidentales par des musulmans. Les violeurs et des religieux expliquent que les femmes non voilées sont des « salopes » qui demandent à être violées.

En Australie, en Norvège, en Suède et dans d’autres pays occidentaux, il y a une recrudescence de crimes racistes ignorés par les autorités : les musulmans violent les femmes occidentales pour des raisons ethniques. Nous le savons, car les violeurs expliquent eux-mêmes leurs motivations. Lors de l’épidémie de viols collectifs à Sydney entre 1998 et 2002, un certain nombre d’adolescentes australiennes ont subi de nombreuses agressions sexuelles qualifiées d’ethniques par leurs auteurs. Les jeunes victimes étaient traitées de « salopes » et de « porcs australiens », tout en étant pourchassées et agressées.

À la Cour suprême australienne, un violeur pakistanais a déclaré que ses victimes n’avaient aucun droit de refuser étant donné qu’elles ne portaient pas le foulard.

Plus tôt dans l’année, les Australiens ont été indignés par les propos du Sheik libanais Faiz Mohammed. Celui-ci a déclaré lors d’une conférence à Sydney que les victimes de viols l’avaient bien cherché, car en s’habillant de façon indécente, elles invitaient les hommes à les violer. Quelques mois plus tôt, à Copenhague, le mufti et haut dignitaire islamique, Shahid Mehdi a suscitait l’indignation quand, comme son homologue en Australie, il a expliqué que les femmes qui ne portaient pas le foulard islamique demandaient à être violées.

En 2004, le Telegraph de Londres rapportait que selon le Sheik Yusaf al-Qaradawi, les femmes violées habillées de façon indécente devaient être punies. Il a ajouté : « pour qu’elle soit affranchie de la culpabilité, une femme violée doit avoir montré la bonne conduite ». En Norvège et en Suède, le journaliste Fjordman parle d’une épidémie de viol.

(…)

Deux viols sur trois commis à Oslo sont le fruit des immigrés musulmans et 80% des victimes sont des femmes norvégiennes.

En Suède, selon Ali Dashti, « Les viols collectifs, habituellement faisant participer les mâles immigrés musulmans et les filles suédoises indigènes, sont devenus banals. Il y a quelques semaines, cinq Kurdes ont brutalement violé une Suédoise de 13 ans. »

En France, Samira Bellil est sortie de son silence - après avoir supporté des années des viols collectifs répétés dans des cités majoritairement habitées par des musulmans - et a écrit un livre, « Dans l’enfer des tournantes ». Décrivant comment le viol collectif est effréné dans les banlieues, elle a expliqué au Time que, «  n’importe quelle fille du quartier qui fume, emploie du maquillage ou porte des vêtements attrayants est une putain.. »

(…)

Dans la plupart des procès français, les violeurs musulmans déclarent qu’ils ne croient pas qu’ils ont commis un crime. Et dans un parallèle effrayant avec les violeurs en Australie, ils disent que la victime doit se blâmer elle-même et l’accuse d’être une « salope » ou une « putain. »

(…)

Le traducteur suédois, Ali Dashti, a déclaré que quand une jeune femme de 22 ans s’est récemment fait violer par 3 hommes, ceux-ci ne lui ont dit qu’une seule chose : « pute ». Selon Dashti, des histoires semblables sont relatées chaque semaine dans les journaux suédois. Et le politiquement correct «  prend grand soin de ne pas mentionner les origines ethniques des auteurs de ces crimes ».

(…)

Début 2005, les journaux norvégiens ont signalé qu’Oslo avait enregistré le nombre le plus élevé de cas de viols depuis 1 an. Cependant, Fjordman explique que les statistiques officielles ne contenaient aucune donnée concernant « la surreprésentation des immigrés dans les auteurs de viols », et les médias demeurent étrangement silencieux.

Le professeur d’Oslo d’anthropologie, Unni Wikan, a dit que les femmes norvégiennes doivent prendre la responsabilité du fait que les hommes musulmans trouvent leur façon de s’habiller provocatrice. Et puisque ces hommes croient que les femmes sont responsables du viol, les femmes doivent s’adapter à la société multiculturelle !!!!

(...)

Le nombre de viols commis par des hommes musulmans contre des femmes dans la dernière décennie est tellement haut qu’il ne peut pas être regardé autrement qu’un comportement culturellement implicite.

Il est manifestement renforcé et encouragé par les chefs religieux musulmans qui blâment les victimes et excusent les violeurs.

Source :

Recrudescence des viols racistes commis par les musulmans, Arouts7, par Sharon Lapkin , le 27 décembre 2007 http://www.a7fr.com/Article/45611.htm

Recrudescence des viols racistes commis par les musulmans, le 27 décembre 2007 http://www.bafweb.com

Notes

[1] La femme musulmane non voilée risque l’enfer, par Annie Lessard et Marc Lebuis, le 18 décembre 2007 http://www.pointdebasculecanada.ca/spip.php ?article148

Publié dans ISLAM

Commenter cet article