DECODAGES DU DISCOURS DE BUSH SUR L'INGERENCE DES MOLLAHS EN IRAK

Publié le par shlomo


En novembre 2007, les américains avaient reconnu le « rôle positif de l’Iran » dans la diminution des attaques contre les soldats américains et en décembre ils ont publié un rapport sur l’absence d’un programme nucléaire militaire en Iran. Leur objectif était de laisser aux mollahs le choix d’aller à leur rencontre à Bagdad pour conclure une entente. A ce moment, la Chine et la Russie étaient intervenues pour saboter ce rapprochement et finalement Téhéran avait renoncé à cette rencontre. Depuis, les américains sont revenus à leur politique précédant la reconnaissance du rôle positif de l’Iran, mais néanmoins, ils restent fidèles à une communication qui ne soit pas susceptible de ruiner la possibilité d’une rencontre en vue d’une entente.

Dans ce contexte très précis, lors de sa visite au Koweït, Bush a exhorté l’Iran à « cesser de soutenir les milices » qui attaquent les forces de la Coalition et les troupes irakiennes et a appelé la Syrie à « réduire encore plus le flot de terroristes ».

Il y a une première nuance : l’administration Bush n’accuse pas les mollahs de terrorisme. Le terrorisme en Irak est attribué à « Al Qaeda » : ainsi l’administration Bush refuse de reconnaître pour l’instant des liens qui existent entre les mollahs et Al Qaeda. Une telle reconnaissance serait mauvaise pour une future entente.

Il faut se rappeler à tout instant qu’il s’agit d’une rhétorique et non d’une exposé de preuves. Ainsi, les américains doivent formuler leurs accusations de manière à modifier les termes de leur rhétorique, s’il s’avère nécessaire d’accuser les mollahs pour faire renaître la menace d’une représailles militaires. C’est pourquoi Bush a effleuré le sujet en parlant du soutien des mollahs à des « groupes extrémistes ».

« Le rôle de l’Iran dans la violence a été dévoilé au grand jour. Nous détenons des agents iraniens et nous en apprenons plus sur la manière dont l’Iran soutient les groupes extrémistes », a-t-il déclaré.

Le commandant des troupes américaines en Irak, le général David Petraeus a complété ces propos en affirmant que les attaques contre les soldats américains en Irak à l’aide d’engins explosifs qui pourraient venir d’Iran ont augmenté de manière spectaculaire depuis le début de l’année ! Le général Petraeus n’a pas chiffré les attaques ni le nombre des victimes. Il n’a pas dit non plus à quelle époque antérieure il comparait les chiffres des premiers jours de l’année.

Toutes ces accusations voilées et opportunément imprécises sur l’aide logistique et financière des mollahs, ainsi que la fourniture des engins explosifs ou des missiles ne sont pas des casus belli (cause de guerre), ce ne sont que des figures rhétoriques pour faire peur aux mollahs afin de les inciter à négocier une entente.

WWW.IRAN-RESIST.ORG

Publié dans IRAN NUCLEAIRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article