ETAT D'ALERTE AVANCEE D'ISRAEL FACE A GAZA

Publié le par shlomo

 

fév25

Par Beni Issembert de Jérusalem
Rubrique: Actualité
Publié le 25 février 2008 à 15:26

La menace est donc bel et bien réelle. Il ne s’agit plus d’un scénario catastrophe, tel que nous l’avions évoqué sur Israelvalley.com il y a quelques semaines apparentant ce que les Palestiniens de Gaza s’apprêtent à réaliser à une « véritable marche verte palestinienne » (voir l’éditorial du 23 janvier 2008, la marche verte palestinienne).

Le Hamas entend briser le blocus israélien sur la bande de Gaza par l’utilisation d’une véritable « arme humaine ». Un mois après que plus de 300 000 Palestiniens se soient rués en territoire égyptien en passant pas des brêches ouvertes par le Hamas à l’explosif et au bulldozzer dans le mur marquant la frontière avec l’Egypte, les civils Palestiniens de Gaza, entraînés par le mouvement islamiste, entendent aujourd’hui s’attaquer à la frontière avec Israël et pénétrer de force sur le territoire israélien.

Chronique d’un drame annoncé.
Le vice-ministre de la Défense, Matan Vilnaï, a mis en garde lundi contre tout débordement au niveau de la frontière d’Israël lors d’une « chaîne humaine » que les Palestiniens de Gaza veulent former dans le but de protester contre le bouclage de ce territoire par l’armée israélienne en réponse aux tirs incessants de roquettes sur les localités israéliennes limitrophes de la bande de Gaza.

« Le Hamas doit comprendre qu’il y a des lignes à ne pas franchir. Nous allons utiliser tous les moyens nécessaires pour empêcher des infiltrations sur notre territoire souverain », a déclaré Matan Vilnaï à la radio publique.

Interrogé par nos confrères de l’AFP, le porte-parole de la police, Miki Rosenfeld, a indiqué que celle-ci a été mise « en état d’alerte avancé », c’est-à-dire juste avant le degré d’alerte maximale. »

Nous avons déployé de très importants effectifs dans la région sud d’Israël, qui ont été placés sous la supervision de l’armée et se tiennent prêts à toute éventualité », a-t-il précisé.
Avital Leibovitz, porte-parole de Tsahal a déclaré de son côté que « l’armée est prête, quel que soit le scénario choisi par les Palestiniens ». Selon nos confrères de Ynet.co.il, 6500 soldats israéliens ont reçu pour consignes d’empêcher des infiltrations de Palestiniens « par tous les moyens », notamment en utilisant du matériel anti-émeutes, des tireurs d’élite qui viseraient les manifestants aux jambes, et des pièces d’artillerie tirant des obus fumigènes.

Dimanche soir, un communiqué conjoint du chef de la diplomatie, Tsipi Livni, et du ministre de la Défense, Ehoud Barak, a indiqué qu’Israël tenait le Hamas pour seul responsable des conséquences de cette véritable « marche verte palestinienne ».

Mais au delà des responsabilités et des conséquences d’un événement placé sous le signe du singulièrement sensible, force est de s’intéroger sur la conduite qu’observera la communauté internationale en cas d’altercation entre civils palestiniens et soldats israéliens au niveau de la frontière.

Pour de nombreux spécialistes de géopolitique, dont notamment, Nimrod Matani de l’Université de Beer Shéva, que nous avons interrogé, une infiltration palestinienne en territoire israélien, civile ou non, relève du casus belli et offre à l’Etat hébreu une marche de manoeuvre assez grande au final.

Or, ce sont des dizaines de milliers de femmes et enfants, des civils, qui s’apprêtent à franchir le Rubicon, poussant les responsables militaires et politiques israéliens à mettre en place au préalable une réponse à cette véritable marée humaine qui se prépare, une réponse ancrée entre éthique et nécessité sécuritaire.

Eternel dilemme israélien.
Toujours est-il que « l’arme humaine » fait peur en Israël aujourd’hui. Les chefs du Hamas après avoir fait usage pendant près de 20 ans de bombes humaines, se prépare à dévoiler devant les objectifs des caméras du monde entier et sous bonne surveillance, sa nouvelle arme contre Israël, une arme qu’il semble de prime abord difficile, tant sur le plan technique que morale, de contrer.

Publié dans ISRAEL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article