Iran : A Paris Mottaki se montre provocateur, obstiné et impertinent

Publié le par shlomo

De passage à Paris, pour la conférence d’aide à l’Afghanistan, Mottaki le ministre des affaires étrangères des mollahs a parlé dans les médias français : sur France 24 face à un très décevant Sylvain Attal (que l’on a connu plus mordant), ou dans le Monde face à Marie-Claude Descamps, une journaliste toujours très complaisante avec tous les représentants du régime des mollahs.

Mottaki [1] a déclaré : « L’Iran ne cherche pas à gagner du temps ; il n’est pas question d’un marchandage qu’il s’agirait de faire durer pour profiter de la situation. Ce qui nous motive, c’est notre désir d’établir le dialogue. Mais la confiance doit s’établir dans les deux sens »….

C’est du blabla. Des négociations c’est du marchandage, en niant cette vérité simple, Téhéran confirme notre analyse selon laquelle il ne souhaite pas accepter l’offre des Six quitte à se perdre dans des explications sans queue ni tête, agrémentées des slogans habituels du régime.

slogans… | Il a ainsi souligné l’échec des sanctions américaines et parlé de la « vivacité » de l’économie iranienne et « des réformes en profondeur destinées à améliorer le confort du peuple et des déshérités » alors que le chômage des jeunes dépasse les 80%, le taux de pauvreté est de au moins 85%, l’inflation de au moins 40% et la monnaie iranienne a connu en l’espace d’un an une dévaluation de 100%.

Autre slogan récurrent du régime : il a fustigé l’atlantisme docile de la France à l’image d’Ahmadinejad qui, toujours au micro du Monde, avait en février 2008 invité la France à jouer un autre rôle plus actif dans la crise iranienne.

Le régime des mollahs n’évolue pas et se répète, notamment parce que la situation stagne et qu’aucun des 5+1 ne souhaite aller dans le sens opposé de ses intérêts en Iran. Cette stagnation encourage les mollahs à se montrer audacieux, provocateurs, obstinés et impertinents.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG


[1] Manouchehr Mottaki né en 1953, a été ambassadeur en Turquie, pays par lequel transitent les Iraniens qui fuient l’Iran. La Turquie est un des terrains de chasse du régime (enlèvements, torture et rapatriements forcés des opposants). Les Turques laissent faire.

Mottaki a fait carrière dans les Renseignements comme programmeur directeur des opérations internationales. Il a par la suite était vice-président de l’Organisation des Relations Islamiques. Cet organisme a pour mission la promotion internationale du fondamentalisme islamique et la coordination de l’exportation de la Révolution Islamique. À ce poste, Mottaki a eu pour mission le recrutement et la formation des terroristes étrangers.

Il a également été sous-directeur du service juridique et international du ministère des affaires étrangères. A ce poste, il encadrait les agents de la Division Qods en mission sur des opérations terroristes à l’étranger. Mottaki avait pour tâches de :

  • Fournir des passeports diplomatiques,
  • Prévoir et fournir tous les besoins logistiques pour la mission.

Publié dans IRAN NUCLEAIRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article