REVUE DE LA PRESSE ISRAELIENNE

Publié le par shlomo

Israël-Palestiniens

L’Egypte espère obtenir la libération de Guilad Shalit d’ici le mois de novembre

Des responsables égyptiens ont affirmé aux négociateurs israéliens, Ofer Dékel et Amos Guilad, que l’Egypte espère parvenir à la libération de Guilad Shalit d’ici le mois de novembre, écrit le Maariv. Selon le journal, des responsables politiques israéliens affirment en effet que le général Omar Suleiman, chef des renseignements égyptiens, est déterminé à obtenir la libération du soldat israélien le plus rapidement possible.

Ces propos, écrit le journal, surprennent quand on considère le contexte négatif dans lequel les négociations se déroulent dernièrement. Selon des personnes au fait des négociations, Ofer Dékel et Amos Guilad sont revenus du Caire cette semaine avec le sentiment que les pourparlers étaient dans l’impasse. Pour les négociateurs israéliens, le Hamas veut continuer à détenir Guilad Shalit comme monnaie d’échange en vue de futurs échanges de prisonniers, ainsi que pour s’assurer qu’Israël ne reprendra pas sa politique d’« éliminations ciblées » et ne vise pas les hauts responsables de l’organisation dans la bande de Gaza.

Lors des derniers pourparlers, ajoute le journal, le Hamas a durci sa position et réclamé l’ouverture du poste-frontière de Rafah avant la libération de Guilad Shalit, ce à quoi s’oppose Israël. Parallèlement, le Hamas a exprimé un certain mécontentement de la médiation égyptienne et aurait commencé à chercher un autre intermédiaire, tel que le gouvernement allemand ou les Nations-Unies.

Le bureau du Premier ministre : aucun réfugié palestinien ne sera accueilli en Israël

Le bureau du Premier ministre a publié hier un communiqué dans lequel il dément les informations publiées dans le Haaretz selon lesquelles Ehud Olmert aurait proposé au président de l’Autorité palestinienne, Mahmud Abbas, d’accueillir en Israël vingt mille réfugiés palestiniens. « Le Premier ministre n’a jamais fait une telle proposition et il réaffirme que, quel que soit l’accord qui sera signé, il ne prévoira pas le retour en Israël du moindre réfugié palestinien », est-il écrit dans le communiqué.

Intérieur

Morris Talansky ne reviendra pas en Israël pour la suite de sa déposition

Morris Talansky, l’homme d’affaires américain qui, selon les soupçons, aurait remis à plusieurs reprises des enveloppes contenant des sommes en espèces à Ehud Olmert, ne sera pas présent au tribunal de Jérusalem le 31 août prochain pour la suite de son contre-interrogatoire. M. Talansky, rappelle le Haaretz, avait été interrogé par le parquet dans le cadre d’une procédure de « témoignage anticipé », qui permet de recueillir la déposition d’un témoin avant même l’ouverture du procès, puis était revenu en Israël au mois de juillet pour le contre-interrogatoire mené par les avocats d’Ehud Olmert. Après cinq jours d’audience, le contre-interrogatoire avait été suspendu, afin de permettre à Morris Talansky de retourner aux Etats-Unis, et il devait reprendre à la fin du mois.

Dans une lettre adressée à leurs confrères israéliens, les avocats américains de Morris Talansky expliquent qu’avec le retour aux Etats-Unis de leur client, une enquête a été ouverte contre lui par les autorités fédérales américaines et que cette enquête est liée à la procédure en cours en Israël. Le témoignage de Morris Talansky en Israël risque d’être utilisé contre lui aux Etats-Unis, écrivent-ils, et c’est pourquoi ils lui ont conseillé de ne pas revenir en Israël jusqu’à ce qu’une solution soit apportée à ce problème. Selon le Yediot Aharonot, le FBI a effectivement accompagné les enquêteurs israéliens venus aux Etats-Unis dans le cadre de « l’affaire des enveloppes » et soupçonne Morris Talansky de blanchiment de fonds et d’évasion fiscale.

Suite à la lettre des avocats américains, les avocats israéliens de Morris Talansky ont demandé à rencontrer le procureur général, Moshé Lador, afin de trouver une solution qui permettra à leur client de continuer à collaborer avec la justice israélienne sans que cela lui porte préjudice. Selon le Maariv, aussi bien le parquet que les avocats de Morris Talansky souhaitent résoudre le problème et, au parquet, on n’exclut pas la possibilité de s’adresser à la justice américaine afin de demander que le témoignage de Talansky en Israël ne puisse pas servir d’élément à charge contre lui aux Etats-Unis.

Le journal note toutefois que les contacts avec les Américains pourraient prendre un certain temps ce qui retardera la poursuite du contre-interrogatoire et la décision finale d’inculper ou non Ehud Olmert dans ce dossier. L’autre possibilité pour le parquet est de renoncer à poursuivre l’interrogatoire de Talansky, auquel cas les juges devront prendre en compte que le contre-interrogatoire n’a pas été complété.

Dans l’entourage d’Ehud Olmert, ajoute le Yediot Aharonot, on affirme que si Talansky ne poursuit pas sa déposition, son témoignage perdra toute valeur et que les avocats du Premier ministre demanderont alors l’annulation pure et simple du témoignage. Amir Dan, conseiller en communication d’Ehud Olmert a déclaré hier : « Il est bien dommage que ce soit là le témoin sur lequel s’est basé le parquet afin de destituer un Premier ministre en exercice. Le parquet a fait une montagne du témoignage de Talansky et voilà que tout leur explose à la figure ».

Au sein de l’appareil judiciaire on rejette ces propos et on souligne que le refus de Talansky de revenir témoigner justifie a posteriori la décision de recueillir sa déposition dans le cadre d’une procédure de « témoignage anticipé ». Le parquet affirme également que, même si Morris Talansky ne complète pas sa déposition, suffisamment d’éléments à charge ont été réunis contre le Premier ministre.

Eli Aflalo s’engage aux côtés de Tzipi Livni

Le ministre de l’Intégration, Eli Aflalo, a annoncé hier qu’il soutiendra la ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni, dans la course à la présidence du parti Kadima. Selon le Haaretz, Eli Aflalo a demandé à être chargé de la campagne face aux adhérents sur le terrain, là où le principal rival de Tzipi Livni, le ministre des Transports Shaul Mofaz, possède un net avantage. Aflalo a également affirmé qu’il rallierait autour de Tzipi Livni plusieurs milliers d’adhérents du nord du pays.

Le ministre du Développement du Néguev et de la Galilée, Yaakov Edri, a lui créé la surprise en annonçant hier qu’il avait décidé de soutenir le ministre de l’Intérieur, Meir Shitrit. M. Edri est à l’heure actuelle le seul député du parti Kadima a avoir rejoint Meir Shitrit qui arrive en queue dans les sondages./.


 

ambassade de france

Publié dans ISRAEL

Commenter cet article