JERUSALEM : Les trésors cachés de l'Hérodion

Publié le par shlomo

Par LAURE WYBIER



En mai 2007, le professeur Netzer annonçait avoir retrouvé le tombeau du roi Hérode - qui régna sur le royaume de Judée de 37 à 4 avant notre ère - sur le site de la colline de l'Hérodion située à 15 km au sud de Jérusalem. Mais alors que l'archéologue et son équipe de recherche poursuivaient les fouilles sur les lieux, d'autres trésors enfouis se sont révélés à eux le mois dernier.

Le Pr. Ehoud Netzer devant une peinture de la loge du théâtre.
Photo: DR , JPost

Le mausolée royal, à l'image du statut du souverain, s'avère avoir été une somptueuse structure de deux étages, d'une hauteur totale de 25 mètres, et renfermant trois sarcophages. En effet, à coté de celui d'Hérode (il n'y a plus de doute aujourd'hui sur ce point), les restes des deux autres sarcophages ont été découverts. Ils étaient très probablement destinés à des membres de la famille royale. Pourquoi des restes ? Parce que, d'après Ehoud Netzer, qui dirige les fouilles, le mausolée a été détruit par des rebelles juifs (dont on peut trouver des traces) qui ont occupé le site pendant la première guerre judéo-romaine (de 66 à 73 après J-C).

Mais le professeur et son équipe ne sont pas au bout de leur surprise puisque peu de temps après ces premières trouvailles, ils ont fait la découverte de l'existence, sous la colline, de plusieurs bâtiments. A savoir : un petit théâtre pouvant accueillir entre 650 et 750 personnes comprenant une loge destinée aux hôtes de marques, mais aussi une piscine, des jardins, des bains, sans doute rattachés au palais qui se trouve au sommet de la colline de l'Hérodion. Des trésors archéologiques cachés qui datent du roi Hérode, souverain connu pour ces constructions monumentales, comme les murailles du Temple à Jérusalem, le palais de Massada ou encore le port et la ville de Césarée.

Pour Ehoud Netzer, il ne fait aucun doute que le souverain est à l'origine du mausolée dont il aurait lui-même choisi l'emplacement exact. Hérode a organisé vers la fin de sa vie la construction d'une colline artificielle - dont la forme conique parfaite constitue la renommée du site de l'Hérodion - ensevelissant délibérément le théâtre et sa loge, les bains et jardins, et même le palais auquel on ne pouvait plus accéder que par un tunnel. Le but du roi était bien entendu de placer le tombeau en surplomb, pour que sa splendeur domine ainsi toute la vallée au sud de la ville sainte, d'où on pouvait apercevoir le mausolée.

Selon les chercheurs, le théâtre a été construit par Hérode à l'occasion de la visite (datée entre 15 et 10 avant J-C) à Hérodion du général et homme politique romain Marcus Agrippa. Sur les murs de la loge, les archéologues ont découvert des peintures d'un style inédit en Israël pour l'époque, mais attesté à Rome ou dans la région de Campanie, en Italie. Une des peintures de la loge a été retrouvée intacte. Elle représente une scène tirée de l'Odyssée. Les autres peintures ne sont détectables que par fragments. De petits fours à cuire, en pierre, ont été retrouvés dans la loge, laissant les chercheurs à penser que ce lieu aurait été temporairement transformé en cuisine pendant les travaux de construction de la colline artificielle avant l'ensevelissement.

Netzer affirme que l'Hérodion et son palais - un des plus vastes du monde romain à cette époque - ont certainement accueilli des centaines, voire des milliers, d'invités chaque année. Le professeur en souhaite autant aujourd'hui pour le site archéologique. Il espère que la récente découverte de ces trésors enfouis attirera encore plus de visiteurs et que le site sera converti en parc national, même si les recherches ne seront certainement pas terminées d'ici plusieurs années.

Publié dans ISRAEL

Commenter cet article