La caricature, arme antisémite contemporaine

Publié le par shlomo

Jonny Paul

Une exposition présentant des caricatures antisémites largement diffusées dans la presse arabe a été inaugurée à la Galerie des caricatures politiques au centre de Londres mardi 2 décembre.

"Caricatures et extrémisme : Israël et les Juifs dans les médias arabes et occidentaux" affiche jusqu'au 16 janvier 2009 des documents qui diabolisent l'Etat hébreu à travers l'utilisation classique de l'antisémitisme.

Publiées dans divers journaux du Monde arabe, les dessins présentent les Juifs comme des monstres sadiques et assoiffés de sang, que seul l'argent et le pouvoir intéressent, cette description étant mise au service d'une propagande anti-Israël.

Les caricatures veulent également dépeindre les Juifs comme un peuple à part du reste de l'humanité, composé d'agents du diable, de manipulateurs tout-puissants, de bellicistes, de tueurs de prophètes et d'innocents, et d'éternels ennemis de l'humanité.

Les curateurs de l'exposition sont l'association communautaire de sécurité (CST) et le Dr Shimon Cohen.

S'exprimant lors de l'inauguration de l'évènement, le britannique Denis MacShane, président de la commission parlementaire sur l'antisémitisme et auteur de l'ouvrage récemment publié intitulé La haine globalisée : le nouvel antisémitisme, a déclaré que ces documents devaient être vus par le monde entier.

"Les parlementaires, les journalistes et les ambassadeurs présents à Londres devraient tous prendre le temps de venir à cette exposition de caricatures, pour voir ce qui empoisonne les jeunes esprits et promeut la haine contre les Juifs et Israël, ce qui est inacceptable", a ajouté MacShane.

Par ailleurs, Marc Gardner, directeur de communication du CST, a cité deux exemples d'images antisémites tirées de la presse britannique, provoquant l'indignation de la communauté juive.

Les deux exemples donnés étaient la couverture du 14 janvier 2002 du magasine The New Stateman - qui affichait une étoile de David en or perçant et dominant un drapeau britannique. L'image était accompagnée du titre : "Une conspiration cacher ?" - et une caricature publiée dans le journal The Independent le jour commémoratif de la Shoah en 2003, présentant le Premier ministre israélien de l'époque, Ariel Sharon, en train de manger un bébé.

"Je ne crois pas que les auteurs souhaitent voir des Juifs tabassés ou Israël disparaître, mais ils représentent des cas d'études très intéressants de la tendance grimpante antisémite qui cache inévitablement un sentiment anti-Israël", a expliqué Gardner.

Il a conclu en ajoutant : "Ces exemples dévoilent l'un comme l'autre le mensonge antisémite britannique le plus important - et aussi largement tacite. A savoir : les communautés juives locales ne sont rien d'autres que des membres de la cinquième colonne (i.e. : des groupes clandestins), les sionistes, des complices de l'Etat d'Israël fondamentalement diabolique (…). Et quand ces mêmes Juifs protestent contre l'antisémitisme, n'est-ce pas alors la preuve qu'ils essaient de couvrir les crimes injustifiables d'Israël ?"

© 2008 Le Jerusalem Post édition Francaise

Publié dans ANTISEMITISME

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article