Durban II: Les USA y participeront-ils ?

Publié le par shlomo


Personne n’a oublié la conférence de Durban, en Afrique du Sud, qui a permis en 2001 aux antisémites de s’exprimer et de prétendre qu’Israël était un Etat pratiquant l’apartheid et le racisme, qui se rendait coupable de crimes de guerre et contre l’humanité à l’encontre du peuple palestinien.


A présent, tout est prêt pour Durban II, la deuxième “Conférence mondiale de lutte contre le racisme et la xénophobie” organisée par le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU à Genève. Elle doit se tenir cette fois en Suisse, entre le 20 et le 24 avril 2009. La France aurait déjà laissé entendre qu’elle envisageait de boycotter la conférence. Mais aux USA, aucune décision n’a encore été prise à ce sujet. Et en Israël, on craint un premier affrontement avec l’administration Obama si celle-ci décide finalement de prendre part à cette rencontre.

Israël ne peut pas, bien entendu, assister à cette conférence étant donné qu’il est déjà évident qu’elle se terminera, comme la précédente, par une déclaration comparant le sionisme au racisme. Il y a un an environ, le gouvernement Bush avait déjà convenu avec Israël que les USA la boycotteraient s’ils n’obtenaient pas au préalable des assurances qu’elle ne se transformerait pas en forum antisémite, avec des critiques unilatérales contre Israël.

Plusieurs télégrammes sont arrivés cette semaine au ministère des Affaires étrangères, provenant des ambassades israéliennes de Washington, de l’Onu et de Genève. Ils indiquaient que les Américains envisageaient malgré tout de changer de politique concernant Durban II.  

Un diplomate israélien a souligné pour sa part qu’une fois de plus, l’Iran et les pays arabes avaient pris le contrôle de cette conférence et que si les Etats-Unis y participaient, ce serait un grand camouflet pour Israël. Il a précisé que si les USA décidaient finalement de se rendre à Genève, ils inciteraient sans aucun doute d’autres pays à se joindre eux aussi à cette rencontre.

De hauts responsables du département d’Etat américain se seraient adressés à des diplomates israéliens pour les prier d’œuvrer sans tarder pour faire échouer cette démarche. Ils ont souligné qu’Israël et les organisations juives se devaient d’intervenir.

De leur côté, Salaï Méridor, ambassadeur d’Israël à Washington, Gabriella Shalev, ambassadrice d’Israël à l’Onu, et Roni Leshno Yaar, en poste à Genève, se sont tournés vers leurs homologues américains pour leur faire comprendre que les USA n’avaient pas leur place à une telle conférence ni au Conseil des Droits de l’Homme (de Genève), étant donné qu’ils risquaient, par leur présence, de “légitimer l’antisémitisme et l’anti-israélisme”.

par Claire Dana-Picard

arouts sheva

Publié dans ANTISEMITISME

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article