Limites de l’antisionisme

Publié le par shlomo


trouvé sur : mondialisme.org

L’extension du domaine du concept....

À chaque crime de guerre de l’armée israélienne, la notion criminelle de « nazisionisme » se répand davantage sur Internet, non seulement dans des communiqués de groupuscules insignifiants comme Drapeau Rouge (ex-Parti Communiste Maoïste de France), le Parti Communiste Maoïste d’Italie ou le Parti communiste d’Espagne marxiste-léniniste, mais aussi sur des sites comme Les Ogres (les potes de Dieudonné), Alterinfo ou La banlieue s’exprime qui passent de nombreux textes de gens réputés « de gauche » ou « d’extrême gauche », ainsi que sur des sites communautaires comme Bladi.net (« première communauté virtuelle du Maroc »), Agora Vox (« l’une des premières initiatives européennes de journalisme citoyen à grande échelle complètement gratuite »), Mejliss el kalam (« espace d’échange d’idées, de débat et de partage sur l’Islam dans le respect des différents courants de pensée, des références spirituelles, et écoles théologiques ») mais aussi sur les forums de discussion de Beurs FM, France2.fr, Le Nouvel Obs.fr, etc.

Le tout sans susciter aucune réaction ou alors des réactions sans commune mesure avec l’énormité des propos. Comme s’il s’agissait déjà d’une évidence acceptée par tous.

Sans parler des nombreuses vidéos sur Youtube et Daily Motion où les termes de "sionazis" et "nazisionisme" sont repris allégrement.

Et c’est dans toutes les langues la même chose : voir par exemple des sites como "Otro mundo es posible" (Un autre monde est possible !), CMI Brasil (l’Indymedia local) ou à titre de curiosité The Radical Mormon… qui soutient l’écologiste Ralph Nader.

En fait, on peut dire que les négationnistes de La Vieille Taupe, les « rouges-bruns » de toutes tendances et tous ceux qui veulent diviser encore davantage les prolétaires israéliens et palestiniens, juif et arabes, juifs et musulmans, ont réussi pour le moment à imposer ce concept ignoble pas seulement en France mais à l’échelle internationale. Pas seulement à droite, mais aussi à gauche, à l’extrême gauche et chez une partie des anarchistes.

Y a du boulot en perspective...

*

Haz-âneries

L’éditeur Eric Hazan a tenu à profiter de l’augmentation de sa renommée médiatique (1) pour apporter sa petite pierre à la comparaison entre les massacres israéliens et le judéocide, lors de la dernière agression israélienne barbare contre les habitants de Gaza et à nous infliger ses considérations sur ce mystérieux « quelque chose » qui unirait éternellement tous les Juifs et les juifs et qui ne serait ni l’appartenance à un ou des peuples juifs, ni l’appartenance à la nation israélienne, ni la fidélité à une religion.

Quoi donc ? Il ne nous le dit pas, mais cela doit être maousse costaud comme concept car son texte s’intitule « La deuxième mort du judaïsme ».

Au nom de ce mystérieux « quelque chose », le directeur des éditions la Fabrique renouvelle le registre de la responsabilité-culpabilité collective d’un mystérieux « judaïsme » intemporel, en accusant les « juifs » (groupe dont il se réclame tout en ne lui donnant aucune définition…. Serait-ce l’influence du Comité « invisible » qui l’incite à se réclamer lui aussi d’un groupe flou et confus ?) de ne pas se mobiliser dans les manifs « pour la Palestine ». « Il est temps que les juifs viennent en masse manifester avec les “arabo-musulmans” ».

Dire que ce sont les mêmes zozos qui n’arrêtent pas (avec raison) de critiquer la notion de « conflit des civilisations » … pour mieux régresser vers des définitions identitaires conservatrices !

Pour plus de détails on lira le texte de Hazan et les deux premiers excellents commentaires qui le suivent sur

http://oclibertaire.free.fr/spip.php ?article470#forum240

1. Reconnaissons-lui quand même une certaine cohérence dans ses positions, cohérence qui n’a rien à voir avec l’actualité immédiate, puisque cela fait plusieurs années qu’il publie des livres sur le sionisme, Israël, le judéocide, etc. Nous ne pouvons que recommander la lecture d’excellents bouquins comme « La révolution sioniste est morte », textes choisis et présentés par Michel Warschawski ; « L’héritage de Sharon » de Tanya Reinhart ; « Correspondante à Ramallah », d’Amira Hass ; « À tombeau ouvert » de Michel Warschawski ; ou « La guerre de 1948 en Palestine. Aux origines du conflit israélo-arabe » d’Ilan Pappé et sans doute d’autres que je n’ai pas lus. Par contre c’est aussi cet éditeur qui a publié le très mauvais ouvrage de Norman Finkelstein qui s’appelle « L’industrie de l’Holocauste ».

Nul n’est parfait…

******

Quand des "antisionistes" cognent sur... d’autres "antisionistes"

La création récente d’un Parti Anti Sioniste a donné des ailes à un petit contingent (une cinquantaine) de ses adhérents qui se sont rendus à la manifestation place Denfert-Rochereau le 24 janvier 2009. Ils portaient tous une pancarte représentant la France avec en surimposition un drapeau israélien barré d’une croix rouge. Tout un symbole !

Leur pancarte exprimait de façon imagée et cynique ce que beaucoup d’antisionistes d’extrême droite comme d’extrême gauche veulent signifier quand ils parlent des "médias sionistes" ou du "lobby sioniste" en France.

Peu malins, les membres du PAS se sont présentés très en avance à la manif et se sont fait déchirer leurs pancartes par un service d’ordre dont j’ignore la tendance politique, mais que je suppose lui aussi "antisioniste".

Les CRS présents devant la gare du RER, goguenards, regardèrent cet affrontement qui ne dura pas plus de deux minutes, mais l’un d’eux ne put se retenir de frapper dans les jambes un des porteurs de pancartes dudit Parti Anti Sioniste. Et ces "antisionistes"-là de crier aux autres "antisionistes" : "Israël assassin !", slogan que leurs ennemis "antisionistes" auraient pu tout aussi bien crier....

Cela fait quelques années que nous disons que "l’antisionisme" est une cause trouble, qui attire toutes sortes d’éléments d’extrême droite, antisémites, etc., comme en témoignent d’ailleurs les appels de plusieurs sites d’extrême droite à la manif d’aujourd’hui. Et que nous affirmons que se dire "antisioniste" ne suffit pas à se situer dans le champ politique, quand on sait que ce qualificatif est fièrement revendiqué par le président iranien, la plupart des partis d’extrême droite, les partisans de l’islam politique (des djihadistes terroristes jusqu’à la Charte antisémite du Hamas), les négationnistes de tous bords, etc.

Nous ne pouvons que nous réjouir que des racistes et des réacs se fassent botter les fesses dans une manif de "soutien à la Palestine", mais est-ce suffisant ? Ne serait-ce pas trop tard quand on voit fleurir toutes ces croix gammées face au drapeau israélien ou surimposées au drapeau israélien dans les manifestations ? Quand tant de gens, justement indignés par les récents massacres de Tsahal en Palestine, se livrent à des comparaisons ignobles entre la barbarie nazie et la barbarie de Tsahal ?

Ne serait-il pas temps de parler de soutien aux PROLETAIRES israéliens comme palestiniens, plutôt que de brandir des drapeaux ou des banderoles du Hamas, de l’OLP ou de la Palestine ?

********


publié le 16 mars 2009  |   Imprimer

3  Commentaires sous cet article

limites de l’antisionisme (n° 11)

ça y est c’est reparti ! Le fil va encore partir en live...Oui l’antisionisme attire des éléments troublants, ce n’est pas pour autant qu’il faut le combattre. Etonnant comme le terme lobby est rejeté en France alors qu’il s’affiche de manière décomplexé ailleurs et en revendiquant le terme de lobby. Sinon, tout à fait d’accord d’exprimer sa solidarité avec les prolétaires israeliens (et pourtant je suis radicalement antisioniste) mais j’estime que les colons ou les militaires ne sont pas des prolétaires à proprement parler, ou alors il ne faut pas soutenir tous les prolos. Les gens qui tiennent le discours du type"il faut soutenir les exploités israeliens dont les militaires" devraient s’organiser pour créer des manifs pro-flics en France...

16 mars 2009 22:20

limites de l’antisionisme (n° 11)

Comme tu le dis tous ces médias et partis sont insignifiants mais en revanche les propos xénophobes et rascistes des mass-médias eux peuvent passer comme une lettre à la Poste. On ne peut pas comparer le sionisme et le nazisme mais le peuple palestinien est comparé à une bande de barbares tous les jours à la télé, à la radio dans la presse mais ça ne te choque pas du tout. Si il y avait un réel équilibre de l’information ces gens n’iraient pas cracher leur haine dans ces médias insignifiants mais à vrai dire tout attaque envers le sionisme se finit au tribunal si c’est dit dans les mass-médias ; alors tes propos tu te les garde parce qu’on s’en fout. Et en plus tu nies l’existence d’un lobby sioniste : certains doivent bien rire, les idiots utiles tu connais ?

16 mars 2009 22:42

limites de l’antisionisme (n° 11)


Dès qu’on est pas en accord avec les massacres israéliens, on est antisémites, c’est ça ?

Le racisme se situe là : préférer une classe plutôt qu’un autre, toi, tu fais du racisme contre tous les antisionistes, c’est lamentable. Un peuple, fut-il massacré, n’a pas le droit de massacrer un autre peuple. C’est à vomir, de se servir de la souffrance de millions de gens, juste pour avoir le droit d’en faire souffrir des millions d’autres. Et la communauté internationale laisse faire, toute gênée qu’elle est de l’holocauste, et surtout toute gênée qu’elle est de se faire taxer d’antisémitisme dès qu’elle ose dire qu’Israel se comporte comme un bourreau depuis trop longtemps. Levi-strauss le disait : tout peuple victime peut devenir un bourreau s’il n’y prend pas garde, et c’est exactement ce qui se passe...

Bravo mon gars, tu cautionnes des bombes au phosphore (que n’auraient pas refusé des nazis, c’est une réalité), et tu cautionnes aussi le fait de tirer sur des gosses qui manifestent pour deux tickets de rationnement...

Honte à toi et honte à ce peuple qui se sert de son histoire dramatique pour en créer d’autres !

17 mars 2009 10:19

Publié dans ANTISEMITISME

Commenter cet article