Iran : La réponse secrète d’Obama au Guide de la Révolution

Publié le par shlomo

Obama a encore tendu la main aux mollahs et ces derniers l’ont envoyé promener. Comme d’habitude, le refus de Téhéran est puni par une sanction : cette fois, l’enlèvement d’un responsable des services secrets du régime par le groupe des séparatistes Baloutche du Jundallah, groupe armé financé par Washington.

Par un communiqué de presse virtuel, Le Jundallah a annoncé la capture de Zarif Sheybani, un haut responsable régional du ministère des Renseignements (Pasdaran) qui vivait en planque sous un faux nom au Baloutchistan pour y pister les sympathisants du Jundallah.

Selon le communiqué, l’agent des mollahs a été capturé suite à une opération finement planifiée des agents des Renseignements du Jundallah ! Le Jundallah affirme qu’il a également saisi à son domicile 3 GPS, une caméra, 2 téléphones satellitaires et plusieurs armes. L’homme serait actuellement interrogé par les spécialistes du Jundallah qui affirment proposer ses aveux bientôt sur Youtube !

Très régulièrement le Jundallah mène des opérations coups de poing contre les Pasdaran, milice dont la fonction selon la constitution est de protéger le régime (nezâm) [1]. Ces opérations ont toujours lieu dans un contexte de refus d’une offre de dialogue proposée par Washington. C’est évidemment une guerre psychologique contre le régime des mollahs : on lui rappelle sa fragilité.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
C’est un sujet tabou pour Téhéran. Par peur de la mauvaise publicité contre sa milice réputée invaincue, le régime parle rarement de ces attentats, en particulier les attentats qui visent ses miliciens des services secrets. Ces derniers qui portent le nom de code des « soldats inconnus du Mahdi » meurent souvent dans un grand anonymat sauf à de rares exceptions, comme dans le cas de Kaveh Birjandi (ci-dessous), capturé en 2006 par le Jundallah et abattu devant les caméras.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

© WWW.IRAN-RESIST.ORG


www.iran-resist.org
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Publié dans IRAN NUCLEAIRE

Commenter cet article