REMBOURSEZ !

Publié le par shlomo

Une commission d'enquête de l'ONU a accusé Israël d'avoir fait de fausses déclarations au sujet des bombardements des écoles qu'elle gère dans la Bande de Gaza.

C'était durant l'offensive de janvier 2009. Elle a réclamé officiellement des compensations financières.

L'ONU et l'UNRWA qui en dépend, n'a jamais menti sur ses activités concernant les réfugiés palestiniens. C'est ce qu'elle veut faire croire.

Pauvre petite ONU !

Les Juifs ont de l’argent, c’est bien connu. Donc Israël doit payer.

Certes, il y a eu des dégâts. Primo préfère parler des pertes humaines, non des bâtiments. Des familles palestiniennes entières ont été décimées dans les affrontements. Ce drame de Gaza éloigne un peu plus toute espoir de réconciliation durable.

L'ONU préfère également attribuer la totalité des victimes à Israël plutôt que d'incriminer le comportement du Hamas.

Fort de cela, l’ONU demande à être remboursé pour la destruction de ses écoles.

Il est de notoriété publique que l’argent qui arrive à flots depuis 40 ans par l’intermédiaire de l’UNRWA est détourné de sa vocation première, à savoir l’aide humanitaire, au profit d’idéologues et de truands.

Peu importe à l’organisation internationale que les sommes soient données à fonds perdus.

Peu importe que ces valeureux combattants détruisent l'Ecole américaine, et bien d'autres bâtiments, eux aussi financés par l'ONU !

Peu importe à cette ONU décidément bien sourcilleuse que le Hamas se serve des écoles pour abriter ses assassins islamistes rétrogrades.

Peu lui importe, à cette ONU, que des êtres humains soient assez lâches, veules, couards pour se protéger derrière des enfants.

Et cela ne date pas d’hier.

Comment l’ONU peut-elle avoir le sinistre culot de prétendre l’ignorer ?

Les fonctionnaires de l’ONU n’ont-ils pas visionné ce film qui date du 29 octobre 2007 ?

Ont-ils tenu compte de cette vidéo avant de proclamer par voie de presse le résultat de leur enquête sur les drames de Gaza en janvier 2009 ?

 
Une école de l'ONU, le 29 octobre 2007

Cette commission d’enquête recommande que l'ONU réclame "une reconnaissance formelle de la part du gouvernement d'Israël que ses déclarations publiques" à ce sujet étaient "mensongères et qu'il les regrette".

La repentance est à la mode, convenons-en. Depuis qu’une ex-candidate à la Présidence française en perte de vitesse demande pardon à la terre entière à tout propos, il est de bon ton d’exiger des excuses.

Alors, allons-y pour la repentance générale !

Qui demandera pardon pour le génocide qui se perpétue au Darfour ? Qui indemnisera les 900.000 Juifs chassés des pays arabes depuis 1948 ?

Qui s’excusera pour les centaines de milliers de morts en Algérie du fait de l’action conjuguée des Services secrets algériens et des islamistes ?

Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

Demandons aux Talibans de rembourser les 900 écoles dynamitées dans la vallée de Swat au Pakistan sous le simple prétexte qu’il serait interdit aux jeunes filles d’aller à l’école.

Demandons au gouvernement turc de s’excuser pour le génocide arménien. Malheureusement, les rares intellectuels turcs qui ont pris cette liberté sont accusés de sédition et condamnés par la justice de leur pays.

Pauvre petite ONU, déjà ridiculisée par la comédie de Durban II, qui se dresse sur ses ergots dés qu’Israël se défend.

Pathétique ONU, si méprisable à force de s’abaisser en serviles courbettes devant des dictatures musulmanes revanchardes après ce qu’elles considèrent comme un échec de leurs relations internationales.

Elles ont déjà gagné l’essentiel. Le pire est qu’elles ont le temps devant elles.

Et, en attendant, si les démocraties demandaient le remboursement des attentats de Madrid, de New-York, de Karachi, de Bombay ???

Si, mieux encore, elles demandaient à être remboursées de toute atteinte aux droits élémentaires de l’Être humain ?

Être rembourser de toute atteinte à la démocratie par des pays obscurantistes... Il y aurait de quoi affronter une petite dizaine de nouvelles crises financières et sociales.

Mais s’excuser n’est pas encore à la portée de tout le monde. Il vaut mieux jurer que le monde musulman est victime, éternelle victime, misérable victime.

Inch Hallah ! Et mektoub !

Que la volonté de Dieu soit faite et par ici la monnaie !

Paul Lémand © Primo, 5 mai 2009

Publié dans INTERNATIONAL

Commenter cet article