ANTISEMITISME : LE MENSONGE REFUSE DE MOURIR

Publié le par shlomo


Mme Hadassah Ben Ito, juge à la retraite est l’auteure de l’ouvrage «Le mensonge refuse de mourir; Les ‘Protocoles des Sages de


 

«Cet ouvrage n’est pas un simple document antisémite, c’est avant tout un document à visée politique – une arme stratégique. Mon message est que l’incitation antisémite est une arme formidable, qui est souvent plus efficace que des bombes. Sans bourrage de crâne des masses il aurait été difficile de perpétrer les pogromes, la Shoah et actuellement le terrorisme» déclare Hadassah Ben Ito, 82 ans, juge à la retraite de la haute Cour de Justice, auteure du livre «Le mensonge refuse de mourir» qui étudie l’influence des ‘Protocoles des Sages de Sion’. Son livre a déjà été traduit en neuf langues et il va peut-être être traduit en arabe et distribué gratuitement à l’Autorité palestinienne.

Mme Ben Ito déclare que ce document qui est un faux a été utilisé avec une intelligence diabolique par divers pays et gouvernements, surtout dans le monde musulman. La soi-disant «conspiration juive» sert à diaboliser les Juifs à délégitimer le sionisme et l’Etat d’Israël. Cet ouvrage déclare que nous voulons dominer le monde, à commencer par le Moyen-Orient, en d’autres termes nous sommes un danger pour la paix du monde».

«Les pays musulmans ont repris les idées propagées par les nazis. Ce sont les Russes qui ont commencé à faire usage de caricatures antisémites et à accuser les Juifs de conspiration, les nazis ont continué et les pays islamiques ont repris le flambeau.» Selon elle, ce n’est pas un hasard si Ahmednadjad soutient les ‘Protocoles’ et si les ambassades d’Iran le propagent dans tous les pays arabes.

Elle explique également pourquoi de nouvelles éditions de cet ouvrage paraissent chaque année dans les pays arabes. «C’est pour leur donner un caractère actuel. Ce qui est important ce sont les préfaces. Elles expliquent toujours que la conspiration juive a lieu actuellement. Au moment de l’attentat du 11 septembre, les pays arabes ont publié une mise à jour déclarant que des Juifs ont commis l’attentat contre les tours jumelles du World Trade Center. Il suffit de lire ces textes pour comprendre que les Protocoles sont toujours un danger pour nous». Les Protocoles sont diffusés auprès des minorités musulmanes en Occident et ce livre se vend bien, dit-elle. Elle en a vu des copies dans des magasins à Londres et la Grande-Bretagne n’interdit pas la diffusion de ce livre.


LES PROTOCOLES DES SAGES DE SION - EDITION EGYPTIENNE

Les Protocoles en Egypte

Ce livre est également vendu chez nos partenaires des accords de paix. Les ‘Protocoles des Sages de Sion’ sont un best-seller en Egypte alors que la publication de ce livre pourrait être interdite. «En Egypte si le gouvernement ne veut pas que quelque chose soit publié, ce n’est pas publié». Elle rappelle aussi que le quotidien officiel de l’Egypte «Al Ahram» publie des caricatures antisémites et des extraits des ‘Protocoles’. «Il y a quelques années on a diffusé à la télévision égyptienne la série ‘Un cavalier sans cheval’ basée sur les ‘Protocoles’, qui était financée par le gouvernement et qui a coûté très cher».

Première condition d’un dialogue – avant tout arrêter l’incitation à l’antisémitisme

Mme Hadassha Ben Ito déclare sans ambages «Nous n’avons pas encore assimilé que s’il n’y avait pas cette incitation constante à l’antisémitisme auprès de centaines de millions de Musulmans dans le monde, on ne dirait pas autant de mal de nous. Ce n’est pas que les pays arabes s’intéressent tellement au sort des Palestiniens, cette diffamation permanente incite les terroristes à commettre des attentats suicides en Israël. De même qu’autrefois on a utilisé les ‘Protocoles’ pour convaincre les gens de perpétrer des pogromes, maintenant on utilise le même ouvrage pour inciter les terroristes à se faire sauter. On leur explique qu’ils doivent se suicider «parce que sinon les Juifs nous tueront». Elle nous rappelle qu’il est fait mention des ‘Protocoles’ dans la Charte du Hamas.

Elle évite pendant toute l’interview de donner des conseils d’ordre politique, mais en ce qui concerne l’incitation à l’antisémitisme sa position est claire: «Au cours des pourparlers de paix, nous devons donner la priorité à cette question. Avant même d’exiger l’arrêt des tirs de Kassam, nous devons exiger que les Palestiniens cessent d’attiser la haine antisémite. Malheureusement ce n’est pas ce que nous faisons.»

«Actuellement ce n’est pas politiquement correct de déclarer des choses pareilles à une minorité»

Hadassha Ben Ito déplore que le peuple juif ou l’Etat d’Israël n’ait pas de stratégie à ce sujet. Elle déclare avec un humour grinçant qu’il faut créer une organisation spéciale, un «Conseil des sages de Sion qui établira une stratégie d’action. Imaginez que l’on diffuse de tels mensonges contre une autre personne que des Juifs ou contre un autre peuple que le nôtre. Quand il s’agit de nous, on peut tout dire.» Il n’existe pas d’institution compétente du peuple juif pour élaborer une stratégie globale d’action. Il nous faut une stratégie claire – le problème est qu’il est difficile de mobiliser le peuple juif pour qu’il agisse».

Elle exprime ses inquiétudes car «Les gens ne comprennent pas que des centaines de millions de personnes croient à cette diffamation mensongère antisémite et pour eux nous sommes le plus grand danger du monde. Ceci est possible parce que nous ne réagissons pas. Actuellement ce n’est pas politiquement correct de critiquer une minorité. Que ce passerait-il si l’on parlait ainsi d’une autre nation. Nous nous sommes tellement habitués à ce discours antisémite, nous pensons qu’il a toujours existé et qu’il existera toujours». A son avis, c’est une erreur d’accuser les services d’information israélienne. «Ce n’est pas une question d’information, il faut mettre sur pied un programme d’action».

Les Juifs qui collaborent avec les propagateurs de la haine antisémite

Outre les propos selon lesquels «Les Arabes utilisent des messages plus sophistiqués que les nôtres», elle évoque les Juifs qui collaborent à la propagande antisémite. «A mon grand regret, il y a beaucoup de Juifs qui collaborent à cette action, qui soutiennent le boycott contre nous et qui nous calomnient».

Dès les années 70, les Arabes ont utilisé le thème de la Shoa

En réponse à la comparaison que font les Palestiniens avec la Shoah, Mme Ben Ito se souvient qu’elle a fait partie de la délégation du gouvernement israélien aux Nations unies et que «les Arabes et les Palestiniens ont une propagande extrêmement sophistiquée. Ils ont des conseillers professionnels. Quand j’étais aux Nations unies en 1975, ils utilisaient déjà le terme de Shoah. Pas comme maintenant, mais depuis ils ont fait des progrès. Rappelez-vous ce qu’ils ont fait à Durban. Ce qui se passe au Conseil des droits de l’homme (dirigé par la Lybie) est une véritable catastrophe.»

Elle souligne que l’on entend sans arrêt dire, comme l’a fait le ministre de la Culture du Hamas, que les ‘Protocoles’ sont véridiques et que les actes commis par Israël prouvent leur authenticité. «Il suffit de lire les introductions des ‘Protocoles’, les citations de la télévision des Palestiniens et pas seulement du Hamas et les programmes télévisés des enfants.»

Le peuple juif n’a pas tiré la leçon de la Shoah en ce qui concerne la lutte contre la propagande antisémite

Selon elle, une des leçons que le peuple juif n’a pas assimilées en ce qui concerne la Shoah est que «Les nazis n’auraient pas pu perpétrer leurs crimes sans une propagande intensive auprès des masses et sans leur avoir expliqué que les Juifs constituent un danger. A propos, les ‘Protocoles’ étaient un thème central de la propagande nazie. Il y a des lettres où il est écrit explicitement comment leur action a été planifiée, dans lesquelles ils déclarent qu’il faut expliquer aux Allemands que les Juifs sont dangereux, qu’ils vont dominer le monde».

Mme Ben Ito regrette beaucoup que le peuple juif s’occupe de congrès et de tables rondes au sujet de statistiques sur le nombre de pierres tombales qui ont été brisées «au lieu de formuler une stratégie d’action contre la propagande antisémite».

La conspiration juive et plusieurs versions d’un programme juif de conquête du monde sont des thèmes majeurs des accusations perpétrées contre nous. L’une des «mutations» des ‘Protocoles’ comme elle les appelle, est la déclaration antisémite selon laquelle «Les Juifssont partout: dans les banques et dans les médias».

A l’heure actuelle, les terroristes utilisent ces outils de propagande antisémite pour abolir la démocratie

Lorsqu’on l’interroge sur la comparaison faite par le député Tsartsour entre Israël et les nazis, Mme Ben Ito répond que ce sont les Juifs qui ont commencé à faire de telles comparaisons. «Nous avons commencé avec le judéo-nazisme (selon les termes du Prof. Yeshayahu Leibowitz). Autrefois j’ai entendu des gens dire que nous faisons aux Palestiniens ce que les nazis nous ont fait. Lorsque nos ennemis recueillent ces déclarations, ils en font une arme meurtrière. Aujourd’hui ce sont les slogans qui comptent avant tout. Si certains d’entre nous donnent à nos ennemis un slogan pareil, ils lui ont fait quasiment un cadeau.»

Lorsqu’on l’interroge sur les déclarations de Tsartsour, elle refuse de répondre directement: «Que faire d’une telle déclaration!», mais elle souligne que «La démocratie est devenue un peu folle. Les pays démocratiques sont dans une situation difficile. Ils ont mis au point toute une théorie des droits de l’homme et aujourd’hui ils sont dans une impasse. Les terroristes exploitent les droits de l’homme pour abolir la démocratie. Nous n’avons pas encore compris ce qui nous arrive, nous n’avons pas élaboré de contre-attaque ni d’outils pour combattre cet état de fait. A mon avis, le principe de la liberté d’expression a été interprété exagérément, poussé jusque dans ses plus lointains retranchements».

«Les chevaux ont déjà fui l’écurie»

Selon elle, l’Europe est aveugle et elle ne sait pas ce qui l’attend. «Nous n’avons pas encore décidé comment mettre fin à la liberté d’expression. Nous combattons son usage pernicieux mais en même temps nous faisons cadeau à nos adversaires de tous les outils de la démocratie. Il est plus que temps d’intervenir et si nous ne résolvons pas ce problème, nous le paierons cher.»

Selon elle, actuellement le moyen d’affronter la diffamation antisémite dans le monde musulman et dans les communautés musulmanes d’Europe peut se comparer à fermer l’écurie une fois que les chevaux se sont déjà enfuis. Elle propose d’adopter une stratégie claire car «La meilleure défense contre les menteurs c’est l’attaque. Il faut prouver que les gens mentent et inventent des histoires, qu’ils nous accusent à tort d’une conspiration criminelle. Il faut les poursuivre en justice. Il existe des lois contre la diffamation antisémite. Selon elle, il est possible de faire un procès à Ahmednadjad pour incitation au génocide et c’est notre devoir de le faire. A titre de suggestion de programme d’action, elle déclare que c’est uniquement en Allemagne et en France que les ‘Protocoles’ sont interdits à la vente. Elle rappelle également que à la Foire internationale du Livre qui s’est déroulée en Allemagne, les ‘Protocoles’ ont été vendus au stand iranien sans que personne ne s’en émeuve et que les Allemands n’ont absolument rien fait.

Elle estime qu’il faut alerter le Conseil de Sécurité en ce qui concerne «Les mensonges pour lesquels nous devrions porter plainte au Conseil de Sécurité tous les jours, il faut nous faire entendre et hurler du haut de toutes les tribunes que l’on diffuse des mensonges sur notre compte. Le problème est que nous nous plaignons entre nous.»

http://www.antisemitism.org.il/fra/articles/31309/MmeHadassahBenIto%2Cjuge%C3%A0laretraiteestl%E2%80%99auteuredel%E2%80%99ouvrage%C2%ABLemensongerefusedemourir%3BLes%E2%80%98ProtocolesdesSagesde

Publié dans ANTISEMITISME

Commenter cet article