Vers une pénalisation de la Nakba

Publié le par shlomo


La Commission de Législation de la Knesset a donné son feu vert à la proposition de loi du parti Israël Beiténou : punir de trois ans de prison les personnes marquant la commémoration de la Nakba.

 

Nombreux sont les politiciens à être scandalisés par une “tradition” particulièrement surréaliste en Israël : une partie de sa population commémorant la “tragédie” de la création de l’Etat dans lequel ils vivent.

La Commission ministérielle de législation a ainsi approuvé la motion initiée par le parti Israël Beiténou, visant à interdire toutes commémorations de la Nakba, ou “catastrophe” en arabe.

Selon cette motion, présentée aux membres de la Commission ministérielle de législation, par le député du parti d’Avigdor Lieberman, Alex Miller, “Toutes les manifestations publiques qui feraient référence à la création de notre Etat en termes de “calamité”, seront prohibées par la loi israélienne”. Chaque infraction à cette loi se verrait alors sanctionnée d’une peine de trois années de prison, au maximum.

Cette initiative de Miller s’inscrit dans une volonté officiellement affichée de mettre un terme définitif à l’organisation de réunions publiques violentes, à l’instar de celle qui s’est déroulée en 2008, lors du “Jour de la Nakba”. Cette proposition avait déjà été déposée sur les tables de la précédente Knesset, mais repoussée du fait des nouvelles élections qui se profilaient.

“Il s’agit de la première étape visant à enrayer l’expansion de l’incitation planifiée du mouvement islamiste. Chaque démocratie a le droit de se défendre et c’est exactement ce que l’état d’Israël à choisi de faire”.

Certaines voix se font déjà entendre, contre cette motion. Du côté du Likoud, le député Michael Eytan, qui a voté contre, a déclaré : “Cette loi ne servira à rien, si ce n’est qu’elle jouera en faveur de nos ennemis, car il ne sert çà rien de limiter la liberté d’expression”.

Du côté arabe cette fois, on exprime son opposition, bien évidemment, en des termes d’une rare élégance : “C’est une loi folle, par un gouvernement fou“, déclare Jamal Zahalka, président du parti Balad  

 

Publié dans ISRAEL

Commenter cet article