Ta liberté contre mon hidjab

Publié le par shlomo

Qui a écrit « Nous avons des dirigeants et des médias dont le mieux qu’on puisse dire est qu’ils ressemblent à des pantins satisfaits. Un violent combat contre nos valeurs se déroule sous leur nez, mais ils sont aveugles, ils sont paresseux, ils sont ignorants, ils sont lâches. Et tout simplement, ils ne pensent pas une seule seconde à l’avenir de notre pays. » ?

Non, ce n’est pas Primo : quelqu’un a été plus rapide ! Allez, on vous aide, cela n’a pas été écrit en français mais en norvégien dans le texte. Comme quoi la paresse intellectuelle, la lâcheté, l’aveuglement et l’ignorance ne sont pas des exceptions françaises : bonne nouvelle !

Il s'agit de l'association Human Rights Service, une ONG norvégienne, l'équivalent de notre LDH.

Qu’est-ce qui les a incités à traiter ainsi leurs élus et leurs élites ?

L’histoire s’est passée à l’école Vahl, à Oslo. La plupart des élèves y proviennent de familles immigrées.

Une surveillante a fait pression sur deux gamines de CP (cours préparatoire, âge 6 ans) pour qu’elles portent le hidjab, comme toutes leurs camarades.

En Norvège, les professeurs relèvent de l’éducation nationale, mais les pions qui s’occupent des enfants en dehors des heures de cours sont salariés d’un organisme, le SFO (Skolefritidsordning).

Qu’une adulte payée par un organisme officiel pour s’occuper de jeunes enfants fasse pression sur eux pour quelque raison que ce soit justifie déjà que l’on s’indigne.

Mais la cerise sur le courroux, c’est que les deux gamines en question n’étaient pas musulmanes.

Elles faisaient partie des 5% d’élèves de l’école « ethniquement norvégiennes », ce qui, aux yeux de la pionne, devait faire désordre dans une école décorée non de dessins d’enfants, mais d’affiches pour annoncer les horaires de prière (différents pour les garçons et pour les filles) et les dates du ramadan.

On se demande comment aurait réagi le Principal si une employée de l’école avait affiché les horaires des messes et la date du lundi de Pâques...

Après les vikings, les Gaulois ?

Il est clair qu’en France aussi, « liberté, égalité et fraternité » sont si peu incarnées que, sous prétexte de tolérance et d’accueil de la diversité, la séduction exotique du hidjab et des valeurs de discrimination sexiste qu’il véhicule a fait de nombreux adeptes.

Pour mourir pour des idées, fût-ce de mort lente, il n’y a plus d’amateurs. A l’inverse, la collaboration molle avec les ennemis de la liberté (de penser), de l’égalité (des sexes) et de la fraternité (entre les peuples) est devenue une seconde nature chez nos « élites ».

Résister ? Quelle horreur ! On pourrait prendre des coups, ou pire, se faire traiter d’islamophobe, vous n’y pensez pas !

D’autant que finalement, un hidjab, cela peut être seyant. Sexy, même ! Si les Iraniennes et les Pakistanaises s’en accommodent, pourquoi pas les Françaises ? Quant aux horaires des prières, ça gêne qui ?

Ah, vous voulez dire qu’y assister devient rapidement obligatoire si on ne manifeste pas clairement son opposition ? Bof, personne n’est jamais mort de devoir réciter cinq prières par jour ! Ni de devoir se passer de porc et d’alcool.

En France, patrie de la gastronomie et de l’éthylisme, on n’est pas plus conscients que nos voisins nordiques de ce que le conformisme bien pensant peut mener rapidement à l’uniformité extrémiste en matière de religion.

Nos compatriotes réagiraient peut-être avec plus d’indignation si au lieu d’évoquer des concepts génériques comme « le porc et l’alcool » on leur mettait les points sur le J de jambon et sur le I de bière...

Ce serait bien la première fois que la choucroute serait élevée au rang d’arme de résistance.

Liliane Messika © Primo, 7 juin 2009

1) On ne vous l’imposera pas en VO, mais voici la version anglaise (traduite par Bruce Bawer) de ce qui figure sur le site norvégien Human Rights Service : « We have political leaders and a press corps that can best be characterized as self-satisfied paper dolls. A powerful struggle for values is going on right under their noses — but they are blinded, they are lazy, they are ignorant, they are cowardly. And, quite simply, they do not give a moment’s thought to the Norway of tomorrow. »

Lire également women against Shariah

Publié dans ISLAM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article