Iran : Les mollahs plient bagages !

Publié le par shlomo



Il y a 13 jours le régime des mollahs a annoncé la victoire d’Ahmadinejad suivie d’une saine contestation des résultats pour inciter un soutien international en faveur de Moussavi afin de procurer à ce dernier une reconnaissance qui lui permettrait de refuser la main tendue par Obama. Ce plan ambitieux a échoué car le peuple a profité de la brèche pour descendre massivement dans la rue pour scander des slogans hostiles au régime. Désormais, le régime cherche un moyen pour se tirer d’affaire à moindres frais.



Quand le patron occulte du régime, Rafsandjani, qui est à l’origine du projet d’apaisement via la création des réformateurs et des dissidents, a mis sur le pavé les figurants pro-Moussavi, il n’imaginait jamais les conséquences de ce choix. La brèche ouverte a sorti le régime de ses mises en scène pour le plonger dans un domaine qu’il maîtrise mal comme tout régime fasciste : le monde réel. Jusque-là, Téhéran avait l’habitude d’agiter par intermittence des soi-disant dissidents qui simulaient des querelles pour donner l’illusion d’une démocratie pluraliste mais se taisaient rapidement avant que cela ne dégénère.

La descente massive du peuple dans les rues a surpris les mollahs. Le mot a été lâché par erreur par Bernard Hourcade sur le plateau de C dans l’Air : quand on a vu ces trois millions de personnes dans les rues, on a été surpris. On veut bien le croire. On sait qu’à la fin de la journée, le régime a ouvert le feu et tué 23 manifestants. Cette réaction résultait de plusieurs constatations : non seulement la foule n’arborait pas la couleur verte de Moussavi, ne scandait pas des slogans en sa faveur, mais elle avait aussi appelé à une grève générale et illimitée contre le régime. Pire encore, comme en témoigne cette vidéo, un homme qui se veut un Seyed (lien transmissible de descendance avec le prophète) propose au mollah Abtahi, proche collaborateur de Khatami, d’avoir certaines relations sexuelles avec sa mère « pour l’honneur du titre de Seyed ». Personne n’a défendu le mollah qui semble très apeuré ! Depuis cet incident, la foule descend toujours plus nombreuse et l’on ne voit plus aucun mollah dans les manifestations. Les barbus aussi se font rares.
© WWW.IRAN-RESIST.ORG

© WWW.IRAN-RESIST.ORG
Cette descente massive du peuple dans la rue a eu lieu au troisième jour de la fausse contestation imaginée par Téhéran pour mettre en selle Moussavi avec une reconnaissance internationale. Cette manifestation inattendue, surprenante selon le gaffeur Hourcade, a en fait mis les mollahs dans un double pétrin : ils devaient continuer leur mise en scène pour obtenir la reconnaissance américaine pour Moussavi sans se laisser déborder encore plus par la rue désormais incontrôlable.

La première mesure défensive du régime n’a pas été un déploiement de ses troupes de la milice anti-émeute, mais l’interdiction aux journalistes étrangers de couvrir ces manifestations non-programmées par ses soins. D’emblée, Téhéran a situé le front sur le plan médiatique car c’est là que se passait sa bataille, celle qui devait montrer Moussavi comme une victime pour susciter un soutien en sa faveur.

Cette bataille, Téhéran l’a perdue quand une chaîne insoupçonnable s’est spontanément créée entre les démunis qui descendaient dans la rue et ceux plus aisés qui filmaient les scènes pour les transmettre au monde libre via leur connexion Internet (trop coûteuse pour les moins aisés). Le monde a ainsi découvert une insurrection en direct, une contre-révolution. Incapable de retenir ce flot d’images, Téhéran a cherché à dévoyer le contenu en affirmant via ses troupes de lobbyistes étrangers que les gens continuaient à descendre dans la rue uniquement pour contester les résultats et pour soutenir Moussavi !

Pour donner une certaine crédibilité à cette affirmation, Moussavi a été prié de faire des apparitions remarquées dans ces manifestations incontrôlées. La tâche était difficile car la foule ne répondait pas aux propositions de rassemblement lancées par Moussavi, ce dernier a eu du mal à suivre. Lors de sa dernière apparition, la foule s’est mise à chanter un hymne nationaliste de l’époque du Shah interdit par Khomeiny ! Il est apparu que l’entreprise était risquée car le candidat du régime pouvait à tout instant être hué par la foule devant les objectifs miniaturisés des téléphones portables anonymes qui pallient à l’absence de la presse étrangère sur le terrain. Dès lors, le régime est entré dans une phase de cache-cache avec la foule : d’une part, il attend les appels aux rassemblements et les fait reformuler par les siens, Moussavi Montazéri, Khatami ou encore Karroubi en informant la presse internationale et en lui demandant de relayer l’info, mais il n’envoie jamais aux rendez-vous le mollah inviteur. Nous assistons ainsi depuis 10 jours à des invitations surmédiatisées et des démentis plutôt discrets uniquement destinés aux médias persanophones.

Cette méthode est efficace, puisque que de nombreux médias étrangers continuent à citer le nom de Moussavi, mais cela n’est pas une réussite pour le régime car Moussavi est désormais et sans le vouloir qualifié du candidat de la rue contre le régime. Les mollahs doivent désormais trouver une porte de sortie afin qu’ils ne se retrouvent pas avec un soutien mondial au peuple Iranien, qui leur imposerait la tenue d’une nouvelle élection sous l’égide d’observateurs étrangers, un processus qui se transformera en un referendum signant leur destitution !

C’est pourquoi nous assistons à un changement de programme : Moussavi ne demande plus de nouvelles élections, mais la « création d’une commission de vérité » pour un simple arbitrage du Conseil de Discernement géré par Rafsandjani, le concepteur de ce projet raté. Le régime s’en remet au concepteur de ce projet. Ses choix sont limités : si le Conseil de Discernement décidait de donner raison à Moussavi, il donnerait raison à la rue et devrait donc envisager des élections libres c’est-à-dire un referendum, s’il ne le faisait pas, il irait à la confrontation avec le peuple et le régime exploserait, les Pasdaran refusant de tirer. En évoquant un recours à ce Conseil, le régime pris à son propre piège cherche en fait à retarder les échéances sans doute pour couvrir la fuite des dirigeants.

La Stampa a d’ailleurs révélé que les services secrets italiens avaient détecté depuis 48 heures des transferts massifs de capitaux les fondations iraniennes liées aux différents dirigeants du régime en particulier Rafsandjani. L’article cite également Moussavi et son frère aîné, Khamenei. Selon La Stampa, les sommes expédiées sont limitées à 10 millions de dollars pour ne pas attirer l’attention des inspecteurs chargés de surveiller l’activité bancaire iranienne et transitent via des petites banques privées Turques, Malaisiennes, Indonésiennes, Pakistanaise et Emiraties vers leurs destinations finales. Les mollahs plient bagages. En attendant d’avoir fini de déplacer leurs capitaux, ils font patienter leurs interlocuteurs avec la création d’une commission de vérité et des tergiversations sur l’opportunité de demander ou pas un arbitrage du Conseil de Discernement. Cette fuite qui laisserait les Bassidjis seuls face à la colère populaire pourrait tourner au désavantage des fuyards. Leurs sympathiques gardes du corps pourraient les retenir à Téhéran. Chacun l’espère.

On peut parler d’Annus Horribilis pour Rafsandjani : il avait sélectionné Larijani pour succéder à Ahmadinejad, mais le rouquin a cherché à le virer via la prise de contrôle du ministère de l’intérieur par son plus proche collaborateur Ali Kordan. Il a alors déchu Kordan et écarté Larijani et opté pour le maintien d’Ahmadinejad, avant d’imaginer à la hâte ce plan B autour de Moussavi qui s’avère être son dernier choix politique, ses choix étant désormais d’ordre de survie et ce n’est qu’un début.

La chute n’est désormais qu’une question de temps. Ceci explique peut-être la nervosité des bassidjis et la répression très sanglante du dernier rassemblement à Téhéran qualifiée de massacre par plusieurs témoins. Les images font état d’une ville en guerre, l’Allemagne a demandé à ses ressortissants de quitter le pays.
©

W.IRAN-RESIST.ORG
Conscient que les mollahs pourraient l’entraîner dans leur chute, Bachar El Assad vient de revoir sa position sur la main tendue par Obama. Nous verrons aussi des changements chez les protégés des mollahs : le Hamas et le Hezbollah. La chute des mollahs changera la face du Moyen-Orient et du monde.


Publié dans IRAN NUCLEAIRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article