Burqa, immigration, Hénin-Beaumont : trois défaites du politiquement correct

Publié le par shlomo

L’EDITO DE CYRANO

Trois événements ont retenu mon attention, cette semaine. D’abord, la proposition de commission parlementaire d’André Gérin, sur l’interdiction de la burqa, reprenant les premières propositions de Jacques Myard(1), continue à faire parler et les conséquences sont limpides : plus rien ne sera comme avant, la chape de plomb a sauté, la loi du silence a été brisée, 90 % des Français interrogés s’affirment favorables à cette interdiction et une vraie question se pose : pourquoi, pendant ces dernières années, aucune organisation laïque et seulement quelques rares organisations féministes (Ligue du Droit des Femmes, Regards de Femmes, Sos Sexisme, Ligue du Droit Internationale des Femmes) ont-elles soutenu le député des Yvelines, et l’initiative pétitionnaire de Riposte Laïque et de Regards de Femmes ? La réponse est claire : le conformisme militant et la peur d’affronter le politiquement correct sont responsables de ce silence assourdissant.

Il a fallu qu’André Gérin et 60 parlementaires, repris en écho par Nicolas Sarkozy, alertent l’opinion pour qu’aussitôt pleuvent spontanément des communiqués exigeant l’interdiction de cette tenue, parfois avec des acrobaties dialecticiennes surprenantes. Mais que de louvoiements chez ces responsables de gauche comme de droite qui nous disent, à l’instar des hypocrisies de Moussaoui, grand chef du CFCM, qu’ils sont bien sûr contre la burqa, mais aussi contre la loi ! Nous avons entendu mille fois ces arguments en 2003, lors du débat sur les signes religieux à l’école. Si on avait écouté ces jésuites, le voile envahirait aujourd’hui la plupart des écoles de la République, et nous aurions des fonctionnaires voilées aux guichets de nos administrations.



Il faut qu’un vrai débat s’installe, à la rentrée, et qu’il ne se cantonne pas seulement à la burqa, mais qu’il se penche sur toutes les situations, à l’école, à l’hôpital, dans la rue, dans les écoles coraniques, où l’islam continue son offensive contre la République, avec la bienveillance complice de tous les adeptes du politiquement correct, et la compassion stupide de tous ceux, majoritairement de gauche, qui pleurnichent sur la stigmatisation de la religion des pauvres.

Le deuxième événement a été l’expulsion, par le service d’ordre de la CGT, de plusieurs centaines de clandestins qui occupaient la Bourse du Travail depuis… plus d’un an ! (1) Là encore, le politiquement correct se déchaîne contre la centrale dirigée par Bernard Thibault. Que la CGT, souvent aux côtés des sans-papiers, soit l’arroseur arrosé peut amuser. A condition qu’on n’occulte pas le fond du débat, et des questions dérangeantes. Comment des personnes en situation irrégulière peuvent-elles, pendant plus d’un an, à la vue de tout le monde, occuper un local syndical ? Pourquoi les clandestins, et surtout ceux qui les manipulent, envahissent-ils toujours des locaux syndicaux, et jamais des locaux patronaux ? Pourquoi toujours des mairies de gauche, et jamais des mairies de droite ? Pourquoi toujours des églises, et jamais des mosquées ? Pourquoi le service d’ordre de la CGT a-t-il dû utiliser des matraques et des gaz lacrymogènes pour déloger ces clandestins ? Comment, dans notre pays, en est-on arrivé, en période de chômage de masse, à ce que l’expulsion de personnes en situation irrégulière soit devenue un véritable parcours du combattant ? Comment ces personnes peuvent-elles réclamer des droits, comme si le simple fait d’entrer en France illégalement devait forcément se terminer par la carte de séjour ? Comment une gauche qui se réclame de la défense des salariés peut-elle contribuer, pour le plus grand bonheur du patronat, à jeter sur le marché du travail une nouvelle main-d’œuvre qui contribuera forcément à tirer les acquis sociaux vers le bas ? Comment, au-delà des discours électoralistes et des effets d’annonce de Sarkozy, la droite a-t-elle exactement la même attitude ? Pourquoi aucun débat n’est-il possible sur cette question ? Est-il vraiment honteux, quand on voit la gravité de la situation sociale, et sociétale de notre pays, de se dire qu’un arrêt provisoire de l’immigration est indispensable, et que des mesures sur l’intégration doivent être mises en place, d’urgence, pour mettre un coup d’arrêt à la dérive communautariste qui frappe notre pays ? Est-il impossible de dire que ceux qui ne veulent pas respecter les lois de la République, et qui veulent y imposer l’islam, ou des pratiques coutumières venues d’ailleurs, n’ont rien à faire en France, et ne doivent pas y rester ? Là encore, faisons fi de la dictature du politiquement correct, et imposons un vrai débat, dans le mouvement syndical, dans les partis, dans les associations, et dans toute la société française.

Le troisième événement est la possible victoire du Front national à Hénin-Beaumont. Inutile de traiter les électeurs de racistes, de fascistes, ou de nostalgiques d’Hitler, d’abord c’est faux et ensuite, cela ne servirait à rien. Je relisais le livre de Claude Askolovich, « Voyage au bout de la France, le Front national tel qu’il est » (éditions Grasset), écrit il y a maintenant dix ans. Il décrivait, dans un chapitre complet, le parcours de Steeve Briois, et de son complice de toujours, Laurent Brice. Deux gamins du cru, de vrais militants de terrain, qui auraient pu être communistes dans les années 1950. Issus de familles ouvrières, évoluant comme des poissons dans l’eau dans leur région, s’opposant depuis toujours à l’Europe de Bruxelles, aux délocalisations, aux conséquences d’une immigration incontrôlée, dénonçant le refus d’intégration, et la nature d’une nouvelle délinquance juvénile, ils surfaient sur la réalité du vécu des citoyens. S’ajoutent à cette élection la personnalité d’une Marine Le Pen, qui, contrairement à son père, sait éviter les provocations inutiles, et a compris que le discours républicain et laïque (surtout contre l’islam) pouvait être porteur, et la gestion frauduleuse de la municipalité socialiste, qui a laissé une ville dans un état de faillite, et on comprend que le front républicain, si efficace pendant des années contre le FN, aura du mal à prendre, cette fois, dans cette ville. Surtout si on se souvient des propos de Lionel Jospin, assurant que l’anti-fascisme n’avait été que du théâtre ! (3)

Burqa, symbole de l’offensive de l’islam contre les droits des femmes et la laïcité, immigration clandestine, symbole de la complicité du patronat, de la droite et de la gauche contre le salariat, et crise sociale où l’UMPS montre que son discours ne fait pas le poids, dans une ville ravagée par le chômage et la corruption, face à celui, déterminé, du Front national, nous avons, sur ces trois exemples, un exemple éclatant du rejet du discours officiel et politiquement correct par le peuple.

Les citoyens de notre pays en ont assez de l’offensive et de l’arrogance de l’islam, et de ceux qui se couchent devant. Ils en ont marre du discours immigrationiste, dans une période de chômage de masse, et que notre pays ne soit pas capable de faire respecter ses lois. Ils en ont assez des discours aseptisés et serviles de ceux qui laissent les technocrates de Bruxelles, leur politique de libre-échange et de délocalisations ruiner des régions entières.

Le score de Geert Wilders aux Pays-Bas, le sondage sur la burqa, en France, la réaction de la CGT face à une situation intolérable, dont elle était cette fois la victime, et les 60 % d’abstention aux dernières européennes, montrent que quelque chose peut bouger, et que le politiquement correct, de gauche comme de droite, responsable de la catastrophe de ces trente dernières années, est de plus en plus rejeté.

Aux républicains de gauche comme de droite de saisir cette situation, et de convaincre les électeurs qu’ils ont une réponse à opposer à Sarkozy-Aubry-Cohn-Bendit-Bayrou-Buffet. Qu’ils n’aient pas peur d’être populistes ! Qu’ils ne craignent surtout pas d’être résolument non conformistes, au contraire !

C’est ce que répète Christine Tasin dans ses vidéos (qui lui valent insultes et menaces) et nos débatteurs des "Dessous du voile", Pascal Hilout, Annie Sugier, Guylain Chevrier, Pierre Cassen, Anne Zelensky, Maurice Vidal, Brigitte Bré Bayle, Rosa Valentini, Robert Albarèdes, Gabrielle Desarbres, Marie-José Letailleur et tous nos collaborateurs, quand on les invite à des débats télévisés, ou à des conférences. Nous apprécions les commentaires qui suivent souvent nos interventions. Nous savons que ce que dit Riposte Laïque, sur l’islam, sur l’immigration, sur le retour souhaité des Etats-Nations souverains, est partagé par l’immense majorité du peuple français. Nous savons que ceux qui lisent « Les dessous du voile », tel Ivan Rioufol (4), le recommandent à leurs amis. Nous savons que sommes dans le sens de l’Histoire. Et nous espérons être de plus en plus fréquemment invités sur des plateaux de télévision, où nous ferons passer un autre discours que celui, édulcoré, qui nous y est distillé, y compris par des intervenants se réclamant de la laïcité.

C’est par un discours clair, sans complaisance avec le politiquement correct, que les laïques pourront proposer une reconquête républicaine qui évitera aux désespérés de la crise de se jeter dans les bras du Front national de Jean-Marie Le Pen, qui soutient l’Iran des ayatollahs, ou du Nouveau Parti Anticapitaliste de Besancenot, qui soutient le Hamas et le Hezbollah.

(1) http://www.islamisation.fr/archive/2009/06/27/burqa-debat-jacques-myard-mohamed-moussaoui.html

(2) http://www.mediapart.fr/club/blog/marc-tori/250609/avec-matraques-et-lacrymogenes-la-cgt-expulse-les-sans-papiers-de-la-bou-0

(3) http://www.youtube.com/watch ?v=xY3jUuFBWIM

(4) http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2009/06/bloc-notes-pourquoi-il-faut-in.html

COMMANDER LES DESSOUS DU VOILE

Vous pouvez nous envoyer un chèque de 19 euros, frais de port compris, à Riposte Laïque, BP 82035, 13201 Marseille

Vous voulez faire une commande par virement bancaire en indiquant votre adresse postale :

Compte RIPOSTE LAÏQUE

Société Générale

Domiciliation : Marseille (01250)

N° de Compte : 30003 01250 00037266836 60

Identification internationale : (IBAN) : FR76 30003 01250 00037266836 60

Identification internationale de la Banque (BIC) : SOGEFRPP

Vous souhaitez le commander sur Amazon :

http://www.amazon.fr/gp/offer-listing/2746607042/ref=sr_1_olp_1 ?ie=UTF8&s=gateway&qid=1238170522&sr=8-1

Vous pouvez enfin le commander chez votre libraire

 

http://www.ripostelaique.com/

Publié dans FRANCE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article