POURQUOI LA RELATION ENTRE LA FRANCE ET ISRAEL REDEVIENT INQUIETANTE

Publié le par shlomo

J. Hattab
 

02/12/07

Chers ami(e)s du Web communautaire,

Chers ami(e)s qui soutenez Eretz-Israel.


L’adhésion au palestinisme * s’enracine à nouveau progressivement en France, depuis qu’elle y trouve de très nombreux relais de complaisance, tous venus de sources connues, telles : l’AFPS, hébergée au CICP (12, rue Voltaire Paris XIIe), et ses collectifs de soutien : (CAPJPO, GUPS, CCIPPP, MSRPP, CSGIA, UJPF, Indigènes de la République, Abna Philistine, LCR, PCF,Verts, CGT, FSU, Secours Catho, FO, FSCT, etc.).

Le dernier soutien, en date du samedi 23 décembre 2007, veille de Noël, a fait la Une du journal Ouest-France ** - pays de Bretagne, sous la plume de Christelle Guibert, journaliste, dans un article intitulé : "Naître à Bethléem, un exploit de tous les jours", qui s’est attiré la réaction incisive, mais pondérée et bien argumentée, d’un lecteur, choqué par le parti pris de la journaliste ***.

La maîtrise de madame Guibert dans la manière de décrire les événements lui permet d’esquiver les valeurs éthiques de la ligne éditoriale du journal, tout en gagnant ses lecteurs à la cause de l’idéologie palestinienne. L’art de bafouer la charte éthique éditoriale de Ouest-France **** procède-t-il de la charité chrétienne ? Jugez vous-mêmes !

 

1. Créer chez le lecteur un conditionnement affectif au niveau du subconscient, pour gagner implicitement son adhésion à la cause palestinienne

Bethléem = ville de la nativité du Christ. Maternité = bébés, Sainte famille fondée par l’Ordre de Malte. Technologie de pointe. Faire naître des bébés à Bethléem est un exploit journalier - 3.300 naissances par an ! [chiffre qui semble insuffisant pour conquérir Jérusalem, selon le vœu d’Arafat, par les matrices des femmes palestiniennes.]

 

2. Dire sans nuire

Deux mille ans après la naissance du Christ, le mur israélien qui la sépare désormais de Jérusalem complique leurs accouchements. Le mur construit par les Israéliens autour de la ville, après la seconde Intifada, la plonge dans la désolation. Le mur continue à rendre précaire la vie des plus faibles.

 

3. Montrer sans choquer

Peu d’habitants de Bethléem possèdent la carte qui permet de franchir les check points, et d’aller travailler à Jérusalem. Le mur israélien est responsable de tous les maux, en particulier des 65 % de chômeurs en Palestine. A la fin de 2002, on recevait, certains jours, 10 appels de femmes qui accouchaient aux check points. C’était le retour à la nature primitive. Seuls survivaient les bébés et les mamans les plus forts.

 

4. Témoigner sans agresser

L’ONU a enregistré le décès de 36 bébés [soit 1% des naissances palestiniennes]. Si la Vierge Marie était arrivée à ce moment-là, elle aurait subi le même sort que moi. (celui de perdre son bébé). [allusion perfide, récupération de la nativité de Jésus par la souffrance].

 

5. Dénoncer sans condamner

L’électricité (fournie par les israéliens à la maternité) est capricieuse, certains jours, alors, je pompe pour envoyer de l’oxygène manuellement dans les poumons du bébé, pendant le chargement du générateur. Cette maternité résiste à la pression israélienne. Pendant l’Intifada, des militaires israéliens ont tiré sur la statue de la Vierge située  en haut de l’établissement. L’ordre de Malte catholique est sorti de sa neutralité pour déposer une protestation à l’ONU.

 

Si, à la lecture, cet article vous paraît trop partisan, voire choquant par manque d’objectivité, et/ou mensonger par son antisémitisme implicite, il vous suffira d’exprimer au journal votre désapprobation tout en argumentant votre réponse.

Merci d’écrire à : redaction@maville.com ; courrierdeslecteurs@ouest-france.fr

 

Autres liens à consulter concernant l’Ordre de Malte (association caritative internationale catholique, créée en 1928, présente dans plus de 20 pays du monde par ses établissements hospitaliers, ses centres de soins et ses maternités.).

 

è Voir la vidéo, qui contredit l’article de la journaliste.

http://www.ordredemaltefrance.org/index.php?option=com_content&task=view&id=56&Itemid=68

 

 Dans son dernier livre, Houdna (la Trêve), Guy Millière s’efforce de montrer que la France n’est, certes, pas antisémite, dans son ensemble, mais que l’antisionisme, et le 'palestinisme' s’y portent bien, et même très bien.

 

Surtout, n’hésitez pas à vous inspirer de cette lettre ouverte, voire à la faire suivre à Ouest-France, en demandant à ce média si l’on peut continuer inlassablement instrumentaliser le martyre d’une population par un bouc émissaire (Israël), réputé seul responsable de la misère, du chômage, de la frustration, de l’humiliation, qui conduisent au désespoir ultime d’une population qui n’aurait alors d’autre alternative que celle de la vengeance, de la haine et des attentats-suicide.

 

 L’attentat-suicide devrait être considéré comme un crime contre l’humanité.


Un antisémitisme viscéral du type : sionisme= racisme= colonialisme= fascisme semble se dissimuler derrière la lutte des tiers-mondistes, par le biais de la cause des droits de l’homme.

 

 Notre noble combat est loin de s’achever. Restons vigilants et réactifs.

 

© Joseph Hattab


-----------------------------

* Le palestinisme, c’est le refus séculaire d’accorder aux Juifs un état-nation en Eretz Israel. [Pour plus de détail sur ce thème, voir : M. Macina, "Ce 'palestinisme' qui fait peur aux Juifs". 

** Le journal Ouest-France est né d’une association loi de 1901, créée par Jaques Duquesne après la Seconde Guerre mondiale. Il compte 532 journalistes et 2.604 correspondants. En 2006, 2.346 000 lecteurs ont assuré les moyens économiques de subsistance à ce journal, aux valeurs dites humanistes. Ouest-France,  10 rue de Breil, ZI Rennes Sud-Est  35051 Rennes Cedex - Tél : 02 99 32 60 00 ; fax : 02 99 32 60 25.

*** Il s’agit du docteur Pierre Evanno, de Pluvignier – 56 France, psychanalyste et Président de France–Israël, Antenne de Bretagne. Voir : "Ouest-France épinglé pour propos anti-israéliens via le thème éculé des décès d’enfants palestiniens".  Il s'agit d'un travail très réactif de veille contre la désinformation. Un exemple à suivre par ceux qui refusent la soumission à l'idéologie des mass médias, cet endoctrinement quotidien que d’autres appellent « désinformation ».

**** La charte éthique de l’information des journalistes de Ouest-France, qui figure sur le site  Internet du journal, est la suivante : « Dire sans nuire ; montrer sans choquer ; témoigner sans agresser ; dénoncer sans condamner ».


----------------------------------


Mis en ligne le 2 janvier 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org

Publié dans FRANCE

Commenter cet article