IRAN : LES SUPPOSITIONS HYPOTHETIQUES D'ISRAEL

Publié le par shlomo

 Les rumeurs d’une attaque israélienne sur l’Iran sont récurrentes et reviennent comme la mauvaise herbe. Elles remplacent des rumeurs d’une attaque américaine, rumeurs qui étaient dues aux déclarations intempestives du président américain. Bien qu’il soit plus à l’aise en fin de mandat, ce dernier a troqué ce discours belliqueux pour une attitude pacifiste et passé le relais à son allié israélien. Ceci n’est qu’un aspect mineur de la relation privilégiée entre les Etats-Unis et l’Israël, la symbiose revêt d’autres aspects plus inquiétants y compris pour Israël.

L’un de ces aspects est le dialogue entre Israël et la Syrie, et Israël et le Hamas, deux initiatives commandées par Washington. Les médias proches d’Israël ont candidement salué ces deux initiatives qui sont censées priver l’Iran de deux alliés de poids. Hier encore, les médias de toutes origines signalaient une épidémie de dialogue entre les ennemis jurés et diagnostiquaient même une possible reprise des négociations avec Téhéran, cherchant à s’en convaincre en isolant quelques mots dans une déclaration du ministre des affaires étrangères des mollahs en déplacement en Ouganda.

Cependant, comme toujours, il faut s’éloigner d’une lecture sentimentale des processus et replacer ces deux initiatives dans le contexte des impératifs géopolitiques de leur commanditaire : c’est-à-dire Washington. Ce n’est pas Israël qui dialogue avec la Syrie ou le Hamas, mais Washington… qui s’adresse indirectement à Téhéran. Selon cet angle de vue, il ne s’agit pas de deux initiatives inédites, mais d’une suite à l’accord de Doha, accord salué conjointement par Téhéran et Washington.

A Doha, Washington est parvenu à un accord avec les mollahs et a accepté qu’un rôle déterminant soit accordé à leur protégé le Hezbollah, fer de lance de leur politique d’ingérence au Moyen-Orient, mais aussi une assurance vie pour leur régime.

Téhéran et Washington cherchent un deal qui concerne le rôle régional de l’Iran, rôle assuré par ses alliés : le Hezbollah, le Hamas, Damas et Moqtada Sadr. Ce deal global est un collage de plusieurs ententes particulières sur les rôles impartis aux alliés de Téhéran. Les deux dialogues imposés par Washington à son allié israélien ouvrent la voie à une normalisation diplomatique -façon Doha- avec la Syrie et le Hamas, étape incontournable à une entente globale avec les mollahs.

En suivant les impératifs de son imposant allié, Israël ouvre la voie au deal que redoutent ses citoyens. Certes, on peut toujours se convaincre que l’Amérique cherche à séparer Téhéran de ses alliés, mais cela reste très hypothétique car cela fait des années que les grandes compagnies américaines attendent ce deal.

© WWW.IRAN-RESIST.ORG

Publié dans IRAN NUCLEAIRE

Commenter cet article