Les crypto-juifs d’Iran soucieux de préserver leur héritage

Publié le par shlomo


Une conférence de descendants de Juifs iraniens du 19e siècle forcés de se convertir  à l’islam et de vivre la religion de leurs ancêtres en secret aura lieu à Jérusalem lundi.

La Fédération mondiale des Juifs de Mashad, récemment formée, sera officiellement lancée lundi 6 juillet lors de son premier congrès à Jérusalem. Trois générations de crypto-juifs de Mashad ont été contraintes de vivre leur vie juive en secret au cours du 19e et du 20e siècle, après avoir été convertis de force à l’islam par leurs voisins iraniens.

Les conversions forcées ont eu lieu au cours d’une période également connue sous le d’Allah-Dadi, qui a commencé en 1839 et duré près d’un siècle. Pour plus de renseignements sur cette communauté : http://mashadirabbi.com/.

La mission de cette nouvelle association, fondée par Bahman Kamali, est de conserver l’héritage de la communauté juive de Mashad partout où vivent des Mashadis. Mashad est la 2e plus grande ville d’Iran et la capitale d’une importante province de la région nord est du pays.

Lors de la création de l’Etat d’Israël, de nombreux Juifs de Mashad ont immigrés au sein de l’Etat juif. Aujourd’hui, ils sont près de 15 000 en Israël, ce qui représente la plus grosse communauté mashadi du monde. Il y a également des communautés mashadis à New York, Hambourg, Londres et Milan.

“En renforçant nos liens au niveau mondial, nous oeuvrons à promouvoir la survie de l’héritage mashadi et du judaïsme en général”, explique Kamali. Et d’ajouter : “Il s’agit d’un groupe avec une histoire unique et une série de traditions que nous sommes fiers de respecter. Ce rassemblement nous donnera une chance de le faire ici à Jérusalem, le centre du monde juif.”

La conférence durera une journée et aura lieu à l’hôtel Sheraton Plaza de Jérusalem. Y participeront des leaders et des particuliers de la communauté juive mashadi du monde entier. Elle portera sur l’inquiétante assimilation de la communauté juive iranienne aux Etats-Unis et en Italie, de la réaffirmation des traditions mashadis et de la création d’un musée documentaire sur l’histoire mashadi, sa littérature et ses œuvres d’art.

Publié dans ISRAEL

Commenter cet article