Brillant début d'Avigdor Lieberman

Publié le par shlomo

par Daniel Pipes

FrontPageMagazine.com

2 avril 2009

http://fr.danielpipes.org/6268/brillant-debut-davigdor-lieberman

Version originale anglaise:

Avigdor Lieberman's Brilliant Debut

Adaptation française: François de Champvert

Avigdor Lieberman est devenu hier le ministre des Affaires étrangères d'Israël. Il a célébré son arrivée au

pouvoir par un discours inaugural qui, tel que rapporté dans les médias, a fait faire la grimace à ses

auditeurs, les laissant mal à l'aise et consternés. La BBC, par exemple, nous informe que ses propos ont

incité celle qui l'a précédé, Tzipi Livni, à « l'interrompre et les diplomates à être mal à l'aise et ne pas

arrêter de bouger »

Tant pis pour eux. Le discours ; moi, me transporte de joie. Voici quelques

uns des thèmes que Lieberman a abordés dans le discours admirable de

1.100 mots qu'il a dévidé.

L'ordre mondial :

 

Les priorités du monde :

 

Egypte :

 

Répéter le mot « paix » :

 

Le fardeau de la paix :

 

La feuille de route :

 

Exécuter la feuille de route :

 

Untitled 07/04/09 06:36

Page 2 of 2

Je ne serai jamais d'accord pour que nous renoncions à toutes les clauses. Je crois qu'il y en a

48 – et j'irai directement à la dernière clause, négociations pour un accord permanent. Non. Ces

concessions ne parviendront à rien de bien. Nous allons respecter la lettre, exactement comme

c'est écrit. Les clauses une, deux, trois, quatre – le démantèlement des organisations terroristes,

la mise en place d'un gouvernement efficace, l'introduction d'une profonde modification

constitutionnelle dans l'Autorité palestinienne. Nous allons procéder exactement selon ce qui

est écrit dans les clauses. Nous nous sommes également engagés à mettre en oeuvre ce qui est

exigé de nous dans chaque clause mais cela s'applique de la même manière de l'autre côté. Ils

doivent mettre en oeuvre le document dans son intégralité.

L'erreur consistant à faire des concessions :

 

La force d'Israël :

 

Commentaires :

(1) J'émettais des réserves au sujet de Lieberman et j'en émets encore mais ce discours est un excellent

départ. Disons-le aussi brièvement que possible, il annonce qu' « Israël est de retour »

(2) Etant donné que le nom officiel de la feuille de route est « une feuille de route basée sur l'exécution d'un

règlement permanent pour une solution de deux Etats dans le conflit israélo-palestinien », je confesse que

je suis étonné par les reportages des agences d'information comme celui qui fait les gros titres de « Los

Angeles Times » et qui dit « Le ministre des Affaires étrangères d'Israël dit ne pas être tenu de continuer à

suivre la voie de deux Etats », déclarant que Lieberman avait annoncé la fin de la solution des deux Etats .

(3) Il y a beaucoup d'ironie dans un Lieberman désormais le champion pour la défense de la feuille de

route, une initiative que lui et beaucoup d'autres ayant les mêmes conceptions avaient condamné à l'époque.

Pour une discussion bien informée de la feuille de route à l'époque de ses origines , défauts et

répercussions, voir l'analyse de Daniel Mandel : «

la discorde en quatre parties : les cartes de paix du

Quatuor

. »

Lieberman conclut par un vibrant appel au courage ; « Quand Israël était-il le plus fort,

en termes d'opinion publique dans le monde ? Après la victoire de la guerre des six jours, pas après toutes

les concessions faites dans les Accords d'Oslo, I, II, III et IV. »

il a pris note des « mesures spectaculaires et des propositions

de grande envergure » des gouvernements Sharon et Olmert et il a alors conclu : « mais je ne vois pas

qu'elles aient apporté la paix. C'est précisément lorsque nous avons fait toutes les concessions « qu'Israël

est devenu plus isolé, comme par exemple à la conférence de Durban en 2001. » Puis a suivi son autre

déclaration clef

Nous sommes également en train de perdre du terrain chaque jour dans l'opinion publique. Estce

qu'il y a quelqu'un qui pense que les concessions et le fait de constamment répéter « je suis

prêt à faire des concessions » et en utilisant le mot « paix » aboutira à quelque chose ? Non

cela fera juste monter la pression et conduira à de plus en plus de guerres. « Si vis pacem, para

bellum », si tu veux la paix, prépare la guerre , être fort.

Lieberman entend « agir exactement » selon la lettre de la feuille de route, y

compris les documents subsidiaires Tenet et Zinni. Puis suit l'une des deux déclarations centrales du

discours :

la partie la plus surprenante du discours est l'accent mis par Lieberman sur la feuille de

route et son approbation ; une initiative diplomatique de 2003 contre laquelle il vota à l'époque mais qui est,

comme il le dit, « le seul document approuvé par le Cabinet et le Conseil de Sécurité ». Il l'appelle « une

résolution contraignante » que le nouveau gouvernement doit exécuter. En revanche il spécifie que le

gouvernement n'est pas lié par l'accord d'Annapolis de 2007. (« ni le cabinet ni la Knesset ne l'ont jamais

ratifié »)

« J'ai vu toutes les propositions faites si généreusement par Ehud Olmert, mais je

n'ai vu aucun résultat » Maintenant, les choses ont changé « l'autre côté porte aussi une responsabilité »

pour la paix et doit casquer.

Lieberman a déversé son mépris sur les gouvernements israéliens précédents : « le

fait que nous répétions le mot « paix » vingt fois par jour n'apportera pas la paix plus vite. »

Lieberman a fait l'éloge du Caire comme étant « un facteur de stabilisation dans le système

régional et peut-être même au-delà. » Mais il a prévenu le gouvernement Mubarak qu'il n'ira visiter leur

pays que si son homologue vient à Jérusalem.

celles-ci doivent changer. Le monde libre doit

concentrer ses efforts pour vaincre les pays, les forces et les groupes

extrémistes « qui essaient de le bafouer » . Les véritables problèmes

proviennent du Pakistan, de l'Afghanistan, de l'Iran et de l'Irak et pas du

conflit israélo-palestinien.

l'ordre westphalien des nations est mort, remplacé par

un système moderne qui comprend Etats, semi-Etats et participants

internationaux [aux comportements] irrationnels ( par exemple, Al-Qaida

et éventuellement l'Iran.)

Publié dans ISRAEL

Commenter cet article