Les Démocrates et Israel

Publié le par shlomo

par Daniel Pipes
FrontPageMagazine.com
20 janvier 2009

Version originale anglaise: The Democrats and Israel
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre

Avec les Démocrates maintenant en charge des deux branches de l'exécutif et du législatif, quels changements peut-on attendre dans la politique américaine envers le conflit israélo-arabe ?

Les nominations de personnel jusqu'à ce jour rentrent dans le moule centre-gauche. Le côté positif, comme l'observe l'analyste Steven Rosen, c'est qu'aucun de l'équipe n'apporte un « ordre du jour de gauche avec de dangereuses illusions ». En effet, beaucoup d'entre eux sont sensés et intelligents, résistants, s'ils ne sont pas immunisés, contre la bêtise qui aveugle la majorité des universitaires. Surtout lorsqu' on se souvient des associations antérieures d'Obama (Ali Abunimah, Rashid Khalidi, Edward Saïd) et les potentielles « équipes de rêve », cela vient comme un soulagement.

Le côté négatif, note Rosen, c'est que les futurs membres du personnel « sont modérés et centristes à l'excès, sans personne pour tirer la sonnette d'alarme sur les dangers extraordinaires auxquels nous sommes confrontés , pour proposer une réponse qui va plus loin que l'habituel. »

En regardant le tableau d'ensemble, au-delà du personnel, on trouve le même tableau mitigé. Le congrès a adopté une résolution pro-Israël en ce début du mois « reconnaissant le droit d'Israël de se défendre contre les attaques de la bande de Gaza, en réaffirmant le ferme appui des Etats-Unis pour Israël, et en soutenant le processus de paix israélo-palestinien. » Il a été adopté à l'unanimité au Sénat et, à la Chambre, par 390-5 avec 22 membres ayant signé « présents » : sur ces 27 , 26 étaient Démocrates et le 27ème, était Ron Paul, un Républicain de nom seulement.

Ce vote implique deux remarques : d'abord l'attitude forte, bipartite pro-Israël des Américains a résisté au conflit de la bande de Gaza.

Deuxièmement les personnes indifférentes ou hostiles à Israël, à une majorité écrasante trouvent place dans le parti démocratique.

Les sondages, au cours de la dernière décennie, prouvent à maintes reprises que les Américains opèrent un fort retour en Israël, mais les Démocrates moins que les Républicains. Déjà en 2000 , j'ai montré que « plusieurs fois, plus de membres du parti républicain sont favorables à Israël que ne le sont les Démocrates et leurs dirigeants reflètent cette disparité.

Au cours des dernières années, sondage après sondage , cette tendance a été confirmée, même pendant les guerres du Hezbollah et du Hamas.

Pour citer quelques uns :

  • Mars 2006 – sondage Gallup : « Vos tendances politiques vont plus vers Israël ou vers les Palestiniens ? » - Réponse : 72 pour cent des Républicains et 47 pour cent des Démocrates sympathisent davantage avec les Israéliens ( Différence : 25 pour cent )

  • Juillet 2006 - NBC ( National Broadcasting company)/WSJ (Wall Street Journal) : "Vos sympathies sont plus avec Israël ou plus avec les pays arabes ? » - Réponse : 81 pour cent des Républicains et 43 pour cent des Démocrates sympathisent davantage avec Israël ( Différence 38 pour cent) .

  • Août 2006 – LAT (Los Angeles Times)/Blomberg : Etes-vous d'accord que « les Etats-Unis devraient continuer à s'aligner sur Israël ? » - Réponse : 64 pour cent des Républicains et 39 pour cent des Démocrates sont d'accord ( Différence : 25 pour cent)

  • Mars 2008 – un sondage Gallup : 84 pour cent des Républicains et 64 pour cent des Démocrates regardent Israël favorablement. (Différence : 20 pour cent.)

  • Décembre 2008 – Rapports Rasmussen : 75 pour cent des Républicains et 55 pour cent des Démocrates disent qu'Israël est un allié des Etats-Unis. (Différence : 20 pour cent).

Le soutien Républicain à Israël est continuellement plus grand , variant de 20 à 38 pour cent de plus que les Démocrates et faisant une moyenne de 26 pour cent . Il n'en a pas toujours été ainsi.

En effet, les Démocrates et les Républicains ont changé de façon spectaculaire leur attitude envers Israël sur plus de soixante ans et trois périodes.

Dans une première période , de 1948 à 1970 , les Démocrates comme Harry Truman et John Kennedy ont été chaleureux envers l'Etat juif alors que les Républicains comme Dwight Eisenhower ont été froid. Dans la seconde période ; 1970-1991, des Républicains comme Richard Nixon et Ronald Reagan sont venus à apprécier Israël comme un allié solide. Comme j'ai conclu en 1985, cela signifie que « les libéraux et les conservateurs soutiennent Israël contre les Arabes dans des proportions similaires . » Avec la fin de la guerre froide en 1991 , cependant, une troisième ère a commencé, dans laquelle les Démocrates se sont concentrés sur la cause palestinienne et se sont refroidis concernant Israël, tandis que les Républicains ont été plus chaleureux envers Israël.

Matt Brooks, directeur exécutif de la coalition juive républicaine, note à juste titre que « les Démocrates sont de plus en plus en train de tourner le dos à Israël ». Cette tendance prévoit une probable tension sur les quatre prochaines années, si l'on adopte ou non une approche plus européenne d'Israël .

Les tensions existent déjà. D'une part, l'équipe d'Obama a été peu critique sur la guerre d'Israël contre le Hamas, en spécifiant qu'on ne traiterait pas avec le Hamas, qu'Israël est le principal allié du Moyen-Orient et que la politique américaine prendrait en compte les intérêts de la sécurité d'Israël. D'autre part, elle a affiché sa volonté de s'associer avec le Hamas, ainsi que des tendances à une approche plus impartiale , afin de rendre les négociations plus difficiles et de diviser Jérusalem.

En bref, la politique envers l'Etat juif est en jeu.

Thèmes connexes: Conservateurs & libéraux, Débat israélo-arabe aux États-Unis, Politique américaine, Politique étrangère américaine

Publié dans ISRAEL

Commenter cet article