L'apocalyptisme musulman et la doctrine politico-religieuse du Hamas (I)

Publié le par shlomo


Vingt ans après sa création, le Hamas palestinien demeure très mal connu en Occident. Alors qu’il est évoqué presque quotidiennement par les médias, il fait l’objet d’un nombre très réduit d’ouvrages sérieux et demeure un sujet mystérieux pour le public occidental. Le présent article aborde un aspect essentiel et peu souvent étudié du mouvement islamiste palestinien.

L'erreur la plus répandue lorsque l'on parle des mouvements islamistes contemporains, et notamment du Hamas, consiste à les envisager à l’aide des concepts et des manières de penser propres à l'Occident.

La plupart des analyses occidentales du phénomène islamiste ont souvent tendance à sous-estimer, voire à occulter un aspect fondamental, que l'on retrouve dans toutes les différentes mouvances et organisations islamistes : celui des croyances religieuses musulmanes, et plus précisément de l'eschatologie musulmane.

C'est ainsi qu'un islamologue français réputé, auteur d'ouvrages importants sur l'islamisme contemporain, peut expliquer la révolution islamique iranienne de 1979 par "l'alliance de la bourgeoisie pieuse et de la jeunesse urbaine pauvre "(1), et que de nombreux journalistes continuent à décrire les auteurs - palestiniens et autres - des attentats-suicides comme des "désespérés" et des laissés pour compte, alors même que toutes les recherches entreprises sur le sujet démontrent que cette grille de lecture sociologique ou marxisante ne correspond pas à la réalité.

Il est impossible de comprendre les succès remportés par le Hamas, depuis les élections palestiniennes il y a presque deux ans, et la persistance de l'islamisme - dont de nombreux observateurs occidentaux annoncent régulièrement l'essoufflement ou même la prochaine disparition - si l'on fait abstraction des croyances des acteurs des mouvements islamistes ou si l'on en diminue l'importance, en les considérant comme des balivernes moyenâgeuses dénuées de signification concrète.

Il faut écouter ce que disent les islamistes et accorder du poids à leur discours, si l'on veut tenter de comprendre leurs motivations et leurs stratégies. Il est significatif à cet égard de constater que les médias occidentaux, qui parlent régulièrement des événements du Proche-Orient et de la rivalité entre le Hamas et le Fatah, ne mentionnent presque jamais la Charte du mouvement islamiste.

Que veut le Hamas?

Une analyse courante du mouvement islamiste palestinien consiste à en faire un clone du Fatah, dont il ne diffèrerait que par l'habillage religieux donné à son combat contre Israël.

Selon cette conception, répandue dans les chancelleries occidentales, il suffirait d'attendre patiemment pour que le Hamas modère ses ambitions et accepte d'entrer dans le jeu des négociations afin de parvenir à une coexistence avec Israël.

Le préambule de la Charte du Hamas affirme pourtant de manière claire la centralité du "combat contre les Juifs", qui doit être mené "jusqu'à ce que [les] ennemis soient vaincus et que la victoire d'Allah soit établie". Pour saisir la conception de l'islam qui est celle du Hamas, il faut accepter de mettre de côté l’idée occidentale de la religion, conçue comme une sphère bien délimitée de l'existence.

L'histoire de l'Occident chrétien est en effet celle d'une relégation toujours plus poussée de la part du religieux dans l'existence. C'est pourquoi il est difficile pour un occidental de se représenter la manière dont un Musulman non occidentalisé peut concevoir l'islam.

L'eschatologie, au coeur du conflit entre l'islam et l'Occident

Un des aspects essentiels - et méconnus - de l'islamisme contemporain est celui des croyances eschatologiques. La dimension eschatologique de l'islam à souvent été minimisée, parfois pour des raisons polémiques, le christianisme se présentant comme la seule religion tournée vers l'au-delà, en rejetant l'islam dans le domaine des seules préoccupations terrestres.

Cette dimension oubliée est fondamentale dans la résurgence actuelle d'un islam conquérant, car elle traverse tous les clivages du monde musulman - entre sunnisme et chiisme, entre islam traditionnel et islamisme contemporain - et permet de comprendre de très nombreux aspects du réveil de l'islam.

Comme l'explique un historien français (2), "l'eschatologie représente un des traits fondamentaux de la religion musulmane. L'imminence de la fin des temps et du Jugement dernier est l'un des thèmes coraniques les plus anciens et les plus constants, qui parcourt l'ensemble du texte sacré de l'islam". Mohammed étant le dernier prophète (le "sceau de la prophétie"), sa venue inaugure la dernière période de l'histoire universelle, c'est-à-dire la période eschatologique.

Dans son recueil de Hadith intitulé "Les grands signes de la fin du monde depuis la mission du prophète jusqu'au retour de Jésus", Abdallah al-Hajjaj cite une parole du prophète, affirmant en levant sa main que sa mission et l'Heure dernière étaient rapprochées comme son majeur de son index.

Cette croyance à l'imminence de la fin des temps est un aspect fondamental du réveil de l'islam dans le monde actuel, sous ses formes pacifiques et guerrières.

L'islam chiite est parfois présenté comme étant le seul à accorder une importance aux considérations eschatologiques. Il est vrai que le thème du retour de l'Imam caché, élément central des croyances de l'islam chiite, se prête facilement aux interprétations eschatologiques.

Depuis la révolution islamique iranienne, en 1979, les aspirations eschatologiques occupent le devant de la scène au sein du monde musulman chiite. La croyance en l'imminence du Jugement dernier permet d'expliquer tant les comportements suicidaires, qui se sont multipliés depuis les années 1980, lors de la guerre Iran-Irak, que l’attitude actuelle du dirigeant iranien Ahmadinejad.

La dimension eschatologique du mouvement islamiste sunnite

Mais l'eschatologie est tout autant présente dans l'islam sunnite, et elle joue un rôle central dans le développement des mouvements islamistes sunnites.

Toutes les composantes de la mouvance islamiste contemporaine, depuis les Frères musulmans jusqu'au Hamas et à la nébuleuse Al-Qaida, partagent en effet l'espoir de voir le Califat islamique reconstitué et considèrent le "renouveau de l'islam" comme le signe manifeste de la véracité des prophéties concernant la victoire finale de l'islam et sa propagation dans le monde entier.

On peut citer à titre d'exemple cette fatwa du cheikh Qaradawi, idéologue important du mouvement islamiste et organisateur de l'islam européen (3):

On posa au prophète Mahomet la question suivante : "Quelle ville sera conquise en premier, Constantinople ou Romiyya?" Il répondit : "La ville d'Héraklès sera conquise en premier", c'est-à-dire Constantinople... Romiyya est aujourd'hui la ville appelée 'Rome', capitale italienne.

La ville d'Héraklès fut conquise en 1453 par Mohammed Ben Morad, jeune Ottoman de 23 ans connu sous le nom de Mohammed le Conquérant. L'autre ville, Romiyya, reste à conquérir, et nous espérons et croyons qu'elle le sera.

Cela signifie que l'islam retournera en Europe en conquérant et en vainqueur, après en avoir été expulsé deux fois : une fois d'Andalousie, au Sud, l'autre fois à l'Est, après qu'il eut frappé aux portes d'Athènes...

Il est facile bien entendu d’écarter du revers de la main cette prophétie relative à la conquête de Rome, en la considérant comme n'étant pas plus digne de foi que celles de Nostradamus.

Mais cela serait une grave erreur d'appréciation. L'essentiel n'est pas en effet d'apporter foi aux prophéties de Mohammed, rapportées dans les Hadith, mais de prendre conscience de l'importance que les Musulmans eux-mêmes leur accordent.

Ce sont en effet les croyances des acteurs des mouvements islamistes qui permettent de comprendre leurs motivations et leurs aspirations : l'organisation des Frères musulmans est ainsi persuadée - depuis sa création en 1928 - qu'elle incarne le renouveau de l'islam, et que son rôle est de faire flotter l'étendard de l'islam sur les cinq continents.

Présenter les Frères musulmans comme l'incarnation d'un "islamisme modéré" revient donc à faire mentir les convictions les plus ancrées de leurs membres...

Paul Landau © Primo, 24/12/2007

1 Gilles Kepel, Jihad, Gallimard 2003.
2 Pierre Lory, “Les signes de la Fin des Temps dans l’eschatologie musulmane”, intervention lors de la journée d’étude annuelle de la Sorbonne sur le Millénarisme, avril 2006, www.paris-sorbonne.fr.
3 Fatwa du cheikh Qaradawi publiée sur le site IslamOnline, citée par MEMRI, 7 décembre 2002.


I
 
 
 
 
 
 
 
 

Publié dans ISLAM

Commenter cet article